Le policier Dany Harvey a déposé une poursuite de 350 000 $ contre son employeur après que le tribunal l’ait acquitté de voies de fait sur un mineur.

Année occupée pour la police

Un policier rapatrié d’Haïti, un autre coupable de voies de fait, un agent qui poursuit son corps de police, une employée civile sous enquête et deux policiers suspendus pour négligence le soir du meurtre d’Israël Gauthier-Nepton. L’année 2017 aura été fort occupée pour les membres de l’état-major de la Sécurité publique de Saguenay (SPS).

La dernière année n’était vieille que de 17 jours lorsque Mario Gauthier, un entrepreneur, a intenté une poursuite de 425 000 $ contre la SPS. Il avait été accusé d’agression sexuelle sur une mineure et a ensuite été acquitté au terme d’un procès.

Voies de fait 

Environ un mois après, le policier Dany Harvey a lui aussi déposé une poursuite de 350 000 $ contre son employeur après que le tribunal l’ait acquitté de voies de fait sur un mineur. Il poursuit pour atteinte à sa réputation, les troubles et les inconvénients liés à son accusation.

Indiscrétion

Février n’était pas encore terminé que Le Quotidien apprenait qu’une employée civile avait été suspendue pour avoir fourni des informations sensibles à des individus ou des organisations qui étaient surveillés par la police.

Rapatrié d’Haïti

Le printemps venait à peine de faire son apparition que Saguenay devait rapatrier l’un de ses membres d’une mission en Haïti. L’agent n’a pas commis d’acte criminel, mais pourrait avoir eu une inconduite sexuelle.

Négligence

Vers la fin de l’été, l’état-major a annoncé la suspension de deux de ses agents. Ils ont estimé que les policiers avaient fait preuve de négligence le soir où Israël Gauthier-Nepton a été abattu dans une rue de Jonquière. 

Le corps du jeune homme avait été découvert par des passants au petit matin, alors que les agents avaient passé une partie de la nuit à le chercher. Marc-Étienne Côté, le présumé auteur du crime, a depuis été arrêté et accusé de meurtre.

Suspension

D’autre part, le policier Philippe Lajoie a été reconnu coupable de voies de fait sur un individu. Il a obtenu une absolution inconditionnelle au tribunal. Par contre, il s’expose à une suspension importante dans le cadre de son travail.

Conduite dangereuse

Du côté de la Sûreté du Québec, le patrouilleur Maxime Gobeil subira son procès en mai 2018 à Roberval. Il est accusé de conduite dangereuse causant la mort. L’événement a eu lieu en juillet 2015. La voiture de Gobeil a heurté le véhicule de citoyens tuant sur le coup Louiselle Laroche, Cécile Lalancette et Georges Martel.

Agents de la faune

Finalement, la Cour suprême du Canada a maintenu les verdicts de culpabilité de voies de fait contre les agents de la faune Laurier Bédard et Sylvain Rangers. Ceux-ci ont ensuite obtenu une absolution inconditionnelle.

L’agent Philippe Lajoie a été reconnu coupable de voies de fait et s’expose à une suspension importante dans le cadre de son travail.