Patrick Potvin-McLean est maintenant accusé d’avoir utilisé une arme à feu pour obtenir quelque chose auprès de sa victime.

Altercation à Hébertville: des accusations plus graves déposées

Accusé d’avoir utilisé un bâton de baseball pour récupérer un bien, le Baieriverain Patrick Potvin-McLean a vu son dossier criminel s’aggraver en étant accusé d’avoir utilisé une arme à feu pour obtenir quelque chose auprès de sa victime. S’il devait être reconnu coupable, il pourrait écoper de cinq années de pénitencier.

L’homme de 28 ans a comparu, depuis la boîte des accusés, mercredi matin, au Palais de justice d’Alma, devant le juge Rosaire Larouche, de la Cour du Québec.

Potvin-McLean aurait été impliqué, avec un autre homme et une femme, dans une altercation à Hébertville, le 29 mai. Les choses auraient dégénéré au point où l’accusé aurait pointé une arme à feu en direction de la présumée victime.

Le trio se serait rendu au domicile de la victime afin de lui signifier de remettre un véhicule automobile. Les choses ont tourné au vinaigre. La conjointe de la présumée victime a alors communiqué avec les policiers de la Sûreté du Québec.

Mercredi matin, le Baieriverain devait subir son enquête de remise en liberté, mais Me Alexandrine Pilote a appris que de nouvelles accusations étaient déposées par Me Annie-Claude Pedneault, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et que ces accusations pouvaient entraîner une longue peine de détention.

Me Pilote a fait valoir au magistrat qu’il n’était pas nécessaire de tenter de remettre son client en liberté pour le moment, en raison de l’importance des nouvelles accusations.

Il va sans dire que Potvin-McLean est demeuré derrière les barreaux, étant donné que la poursuite s’est opposée à sa remise en liberté, tout comme la Couronne de Chicoutimi, qui verra, jeudi, à annuler la liberté de l’accusé dans un autre dossier du district judiciaire de Chicoutimi.

voiture

Toute cette histoire d’altercation a un lien avec une voiture achetée par une proche de l’accusé. La femme est parvenue à se procurer un véhicule usagé au prix de 1600 $. Elle avait payé jusqu’en mai le montant de 1000 $ à l’ancien propriétaire, mais n’a pas été en mesure de faire le paiement du dernier mois.

« Le gars est venu me prendre ma voiture en pleine rue. Il a vidé mon véhicule et ne m’a laissé aucune chance. Il est reparti avec mon auto. Il devait faire des réparations, mais il ne les a jamais faites », a raconté la femme, à la sortie de la salle d’audience.

« J’ai appelé Patrick pour qu’il se rende à l’école afin de récupérer mes enfants. Je lui ai expliqué la situation. Il s’est rendu à Hébertville, et les choses ont mal tourné », a-t-elle poursuivi.

Celle-ci n’a pas voulu entrer dans les détails, mais selon ce qu’il est possible de déduire avec les accusations déposées contre Potvin-McLean, c’est que celui-ci aurait brandi une arme à feu afin de récupérer l’automobile, lorsque les choses ont tourné au vinaigre.

L’accusé demeure derrière les barreaux et pourrait avoir droit à son enquête caution le 19 juin, à Alma.