Alexandre Fillion a été libéré et arrêté une heure plus tard pour bris de condition.

Alexandre Fillion: sitôt libre, sitôt arrêté

Le Chicoutimien Alexandre Fillion aura bénéficié de sa liberté durant une heure tout au plus avant d’être à nouveau appréhendé par les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS).

Fillion et son complice Alexandre Desrosiers ont été arrêtés mardi en lien avec une agression à la machette survenue derrière le bar Le Vertige, de la rue Morin à Chicoutimi.

Le lendemain, le client de Me Marie-Ève Saint-Cyr était parvenu à convaincre le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec, et la procureure de la Couronne, Me Marianne Girard, qu’il aurait une conduite exemplaire et qu’il écouterait les consignes de sa mère, qui s’était portée caution pour son fils.

La décision de lui accorder cette liberté a été rendue vers 16 h mercredi. Environ 30 minutes plus tard, vers 16 h 30, Fillion, qui vient d’avoir 18 ans, a pu quitter le Palais de justice de Chicoutimi par la grande porte avec l’obligation de se diriger au domicile de sa mère et d’y demeurer.

Mais vers 17 h 30, une heure plus tard, les policiers de Saguenay ont reçu un appel à l’effet que l’individu ne respectait déjà plus ses conditions de remise en liberté. Il a immédiatement été arrêté et incarcéré au quartier général de la SPS.

Le jeune homme a comparu de nouveau devant le juge Hudon jeudi matin. Non pas pour demander une nouvelle remise en liberté, ce qui aurait été difficile à obtenir, mais plutôt pour faire valoir qu’il voudrait entreprendre une thérapie.

Le dossier a été reporté à la semaine prochaine et Me St-Cyr tentera de convaincre à nouveau la justice du bien-fondé d’une libération pour suivre une thérapie.

Quant à Alexandre Desrosiers, le complice, il a été libéré jeudi pour aller suivre une thérapie de six mois à la maison De l’Autre côté de l’Ombre, à Bécancour.