Alexandre Côté-Jennis, 25 ans, est arrivé au Palais de justice de Chicoutimi avec les policiers de Saguenay. Il demeure détenu jusqu’au 10 avril.

Alexandre Côté-Jennis fait face à trois chefs de vol qualifié

Alexandre Côté-Jennis, de la rue de la Colline à Chicoutimi, a entrepris sa carrière de criminel de manière assez spectaculaire en commettant au moins trois vols qualifiés sur le territoire de Saguenay.

Le jeune homme de 25 ans a comparu jeudi matin au Palais de justice de Chicoutimi devant la juge Sonia Rouleau, de la Cour du Québec.

Présentement, il fait face à trois chefs d’accusation pour des vols qualifiés, en utilisant un couteau, entre le 23 mars et le 4 avril, et d’avoir porté un déguisement (une cagoule) lors de la perpétration des crimes. 

Il aurait commis ses larcins au dépanneur Ultramar (coin Price et Sainte-Anne), à la Boulangerie Chicoutimi-Nord de la rue Racine et à la Société des alcools du Québec, aussi sur la rue Racine.

D’autres accusations similaires pourraient être portées contre le client de Me Olivier Théorêt, de l’Aide juridique, au cours des prochains jours, en lien avec des vols commis dans un dépanneur.

« Nous nous opposons à la remise en liberté, car de nouvelles accusations sont à venir. L’enquête se poursuit », a précisé Me Michael Bourget, de la Couronne.

Photographie 

Au cours de la journée de mercredi, l’enquête a pu débloquer à la suite de la publication d’une image du principal suspect. L’individu a été rapidement identifié. 

« Nous n’avons pas réussi à le retracer immédiatement, mais notre suspect a commis un vol qualifié dans une succursale de la Société des alcools du Québec. C’est juste après que nous l’avons appréhendé », précise Bruno Cormier, porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay (SPS).

Selon les informations révélées, l’accusé aurait chaque fois utilisé le même modus operandi. Il entre dans le commerce en portant une cagoule afin de cacher son identité. 

Au dépanneur Ultramar, l’accusé aurait sorti un couteau de sa poche de manteau et a demandé le contenu du tiroir-caisse, lorsqu’il s’y est présenté vers 19 h 15. Il a sorti son couteau, l’a montré au commis et a exigé l’argent.

Personne n’a été blessé, mais l’employé a subi un choc nerveux.

Quelques jours plus tard, le même individu aurait commis son larcin à la succursale de la rue Racine de la Boulangerie Chicoutimi-Nord, un vol survenu en plein jour. 

Il a opéré de la même façon et est reparti à pied avec son maigre butin.

Et mercredi, le 4 avril, alors qu’il est activement recherché par la police qui venait de diffuser sa photographie, Côté-Jennis aurait agi une autre fois en plein jour pour un vol qualifié à la SAQ de la rue Racine.

Ces trois vols auraient rapporté moins de 200 $. 

Au moment de son passage dans la salle d’audience, l’individu au visage d’enfant a écouté attentivement son procureur préciser qu’il réservait l’orientation qu’il entend donner au dossier.

« C’est un jeune homme sans aucun antécédent judiciaire. Il est accusé d’avoir commis trois vols qualifiés à l’aide d’un petit canif muni d’une lame de trois ou quatre pouces », a mentionné Me Théorêt à sa sortie du tribunal.

Côté-Jennis est aussi accusé d’avoir porté un déguisement dans un dessein criminel. 

Les événements se seraient produits en peu de temps entre le 23 mars et le 4 avril. 

« Mon client est une personne sans histoire. On peut penser qu’il y aurait un aspect en toxicomanie et un problème en santé mentale. Je vais regarder pour l’envoyer en thérapie fermée », de noter le criminaliste de l’Aide juridique.

L’enquête de remise en liberté a été planifiée pour le mardi 10 avril.