Jean-Denis Boivin attendait sa sentence avec impatience, lundi matin, au Palais de justice de Chicoutimi. Le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, a déterminé qu'il ne pouvait lui accorder une absolution conditionnelle.

Alcool au volant: des peines salées pour des récidivistes

Trois automobilistes de Saguenay ont appris que ça coûtait cher de prendre le volant en état d'ébriété, surtout lorsqu'il s'agit d'une deuxième offense criminelle.
Le Chicoutimien Marc-Alexandre Fortin a écopé d'une peine d'emprisonnement de 45 jours pour avoir été pris une deuxième fois au volant de son véhicule avec les facultés affaiblies et le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, lui impose une interdiction de conduire de deux années.
L'individu de 21 ans a été arrêté à la suite d'un accident matériel au moment où il se rendait à son boulot le 23 décembre 2016. Il était environ 11 h 30 du matin.
Lorsque le temps est venu de souffler dans l'appareil de détection de l'alcool, Fortin a présenté un taux d'alcool dans le sang de. 238, soit tout près de trois fois la limite autorisée de. 08.
« L'accusé avait été condamné en 2014 pour une conduite avec les facultés affaiblies. Le Tribunal lui avait alors imposé une amende de 1500 $ et lui avait interdit de conduire pour deux années », a expliqué Me Nicole Ouellet, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).
« Je demande une sentence de 45 jours de détention et une interdiction de conduire de trois ans », a-t-elle ajouté.
Selon la preuve fournie au juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, Fortin aurait commencé à consommer de la boisson forte assez tôt le matin. Et il s'est ensuite dirigé vers son boulot.
En défense, Me Gitane Smith, de l'Aide juridique, a fait valoir que son client vivait un véritable problème de consommation au moment où il a été arrêté.
« Mon client avait un sérieux problème de consommation. Il a suivi une thérapie au domaine de La Futaie et il semble avoir réglé cette problématique », a exprimé Me Smith.