Les policiers de Saguenay ont mené une perquisition au domicile d’Al Boivin, la semaine dernière, afin de récolter les preuves nécessaires au dossier.

Al Boivin accusé d'agression sexuelle armée

Détenu depuis quelques jours, Al Boivin fait face à une série de nouvelles accusations, dont agression sexuelle armée et séquestration.

Le jeune homme de 29 ans a été arrêté, jeudi dernier, à la suite d’une soirée arrosée à son domicile.

Selon certaines informations préliminaires, l’ancien joueur de football aurait eu une violente altercation avec une jeune femme pendant la soirée et la nuit du 24 au 25 juillet. Cette dernière aurait également été agressée sexuellement par Al Boivin durant cette soirée. Mais il a été impossible de connaître l’arme utilisée et la trame factuelle de la présumée agression. Boivin fait également face à des accusations de voies de fait graves, d’utilisation d’une arme prohibée et de menace de mort pour les événements survenus à son domicile.

Représentante du ministère public, Me Mélanie Paré s’est opposée à la libération de l’accusé, mardi, au Palais de justice de Chicoutimi. Boivin devra donc patienter encore quelques jours avant de subir son enquête sur remise en liberté.

L’homme à la carrure imposante avait été officiellement accusé de voies de fait contre une femme, au lendemain de son arrestation. Mais les preuves récoltées par les enquêteurs ont donné assez de munitions au ministère public pour ajouter une myriade de nouvelles accusations.

Al Boivin a déjà purgé une peine de détention en 2013 pour une affaire de séquestration.

Boivin est également accusé de conduite d’un bateau avec les capacités affaiblies et de voies de fait pour un événement survenu quelques jours avant ladite soirée de l’agression. Le jeune homme aurait eu une altercation avec une personne au débarcadère du barrage du Portage-des-Roches Sud, à Laterrière. Il a été officiellement accusé de voies de fait à ce moment et a été libéré sous promesse de garder la paix. Boivin a été arrêté quatre jours plus tard.

Le jeune homme n’en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. Boivin a été condamné à sept mois de prison, en 2013, pour une histoire de séquestration survenue à l’hôtel Le Montagnais. Lui et des complices avaient attaché un jeune homme à une chaise et l’avaient battu durant plusieurs minutes, pour une question de triangle amoureux.

Les policiers de Saguenay ont mené une perquisition au domicile d’Al Boivin, la semaine dernière, afin de récolter les preuves nécessaires au dossier.

Sorti de thérapie
La Couronne, à cette époque, avait réclamé neuf mois de prison pour les gestes d’Al Boivin. Son avocat, Me Pierre Gagnon, avait alors suggéré 30 jours à purger les fins de semaine, en raison du changement de comportement de son client. Boivin venait en effet de compléter une thérapie sur la gestion des comportements violents.