Agressions à Mashteuiatsh: Capitaine Bob modifie son horaire de livraison

De récentes agressions physiques et verbales ont forcé le propriétaire du restaurant Capitaine Bob de Roberval à changer son horaire de livraison pour le secteur de Mashteuiatsh.

Le 17 janvier dernier, le restaurant avait annoncé ce changement d’horaire sur sa page Facebook. « Changement d’horaire de livraison pour la clientèle de Mashteuiatsh : dorénavant, les livraisons se termineront dès 22 h »

En entrevue avec Le Quotidien, le propriétaire Sébastien Bouchard a déploré cette situation qui perdure, et ce, même avec le nouvel horaire de livraison. « Il y a une petite vague de criminalité à Mashteuiatsh et j’ai un livreur qui s’est fait agresser il y a deux semaines. Encore cette semaine, c’est arrivé, mais cette fois-ci, c’était plus de l’intimidation verbale. Ça s’est passé vers 20 h et mon livreur s’est fait vraiment arrêter par la personne en plein milieu de la rue. C’est inacceptable. »

Il affirme avoir averti le Conseil de bande de cette situation et que la police locale a été saisie du dossier.

Le directeur par intérim du service de la Sécurité publique de Mashteuiatsh, Mathieu Launière, assure que le dossier est actuellement sous enquête.

« Il y a eu une première enquête d’ouverte il y a deux semaines et le suspect a été rencontré et ce dossier a été soumis au procureur. En ce qui concerne la deuxième plainte, l’enquête est en cours et il devrait y avoir du développement dans les prochaines journées », a-t-il affirmé, sans pouvoir confirmer s’il s’agissait du même suspect.

Le propriétaire du restaurant espère que les choses s’amélioreront. « On espère que l’entourage de ces personnes-là va bouger aussi et que les gens vont dénoncer et qu’il y aura une conscientisation de la part de tous. »

Gestes dénoncés

Jonathan Germain, qui siège au Conseil de bande, dénonçait récemment de tels gestes sur sa page Facebook personnelle.

« Je viens d’apprendre qu’un livreur de chez Capitaine Bob vient de se faire agresser, ici, à Mashteuiatsh. C’est la deuxième fois en quelques semaines. Je trouve ça très malheureux, surtout que ces livreurs ne sont pas payés des salaires de fou pour faire ce qu’ils font. »

« C’est pas tout le monde qui ont des autos [sic] pour aller en ville ou qui peuvent se permettre de se payer un taxi pour aller se gâter en allant se chercher des commandes au resto. On a la chance d’avoir des restos qui livrent jusqu’ici, et ce, à moindre coût, plutôt que d’être obligé de se payer un taxi aller-retour. Je trouverais ça plate que les livraisons arrêtent ici et que tout le monde paye pour les agissements d’un ou des individus qui ont commencé à faire ces agressions. Voilà ma réflexion bien personnelle de ce que je sens venir si ça continue comme ça. »