C’est dans cette résidence du secteur Sainte-Marthe à Trois-Rivières que deux personnes ont été agressées dans la nuit de vendredi à samedi.

Agression armée à Trois-Rivières

Trois-Rivières — Deux personnes ont été blessées très tôt samedi à la suite d’une agression armée survenue dans le secteur Sainte-Marthe, à Trois-Rivières. Le présumé agresseur a été arrêté à Québec alors qu’il avait pris la fuite.
Les policiers ont eu recours à un maître-chien pour fouiller l’appartement de Québec où le présumé agresseur a été retrouvé.
Le véhicule du présumé agresseur a été saisi par les forces de l’ordre.

«Deux victimes ont été transportées au centre hospitalier de Trois-Rivières, mais on ne craint plus pour leur vie», affirme dans un communiqué le sergent Luc Mongrain, porte-parole de la direction de la police de Trois-Rivières.

Une troisième personne, une femme cette fois-ci, aurait aussi été transportée au centre hospitalier à la suite d’un choc nerveux. 

Les agressions se seraient déroulées dans une résidence de la rue Éloïse du secteur Sainte-Marthe. Samedi matin, cette maison était entourée d’un périmètre de sécurité. 

À la recherche d’indices, plusieurs policiers et enquêteurs étaient sur place pour faire la lumière sur ces événements. De plus, le poste de commandement de la police de Trois-Rivières a été déployé sur les lieux. 

Le suspect aurait été arrêté dans un appartement de la rue Saint-Jean, à Québec. Il s’agirait de son lieu de résidence. 

Les enquêteurs ont fouillé l’appartement de l’homme et ont même eu recours à un maître-chien. Les policiers ont également saisi le véhicule du présumé agresseur. Détenu, il a été rencontré par les policiers et doit comparaître lundi au palais de justice de Trois-Rivières. 

Il est toutefois trop tôt pour connaître les accusations qui seront déposées contre lui. Il pourrait bien sûr faire face à des accusations d’agression armée ou de tentatives de meurtre. 

Bien que la police de Trois-Rivières ne souhaitait pas faire de commentaires concernant les motifs de ces agressions, des informations circulent voulant que le présumé agresseur ait agi par vengeance à la suite d’une rupture amoureuse. On devrait pouvoir en apprendre davantage sur les motifs du présumé agresseur lorsqu’il comparaîtra devant un juge lundi matin. 

Par ailleurs, la police demande l’aide du public pour obtenir des informations. 

«La police de Trois-Rivières rappelle que toute personne voulant partager des renseignements, de façon confidentielle, peut le faire par le programme Halte au crime, en communiquant au numéro 819-370-6700, ou directement sur le site internet du programme à l’adresse halteaucrime.v3r.net», indique également le communiqué de la police de Trois-Rivières.