Adolescente recherchée

Âgée de 14 ans, Mya Grenon est recherchée par la Sécurité publique de Saguenay. La jeune fugueuse pourrait encore se trouver en ville.

Un cœur et un électrogramme sont tatoués sur son épaule droite. Elle a les yeux et les cheveux bruns, pèse environ 95 livres et mesure 4 pieds 11 pouces. Lorsqu’elle a été vue pour la dernière fois dans le secteur de Chicoutimi vers le 9 juin, elle portait des jeans, un chandail de coton ouaté mauve et des lunettes noires. Tout renseignement peut être communiqué au 418 699-6000.

+

DES OS D'ANIMAL

Après enquête, la Sûreté du Québec a confirmé mardi que les ossements découverts par des marcheurs à Saint-Fulgence, vendredi en bordure de la rivière Saguenay, étaient d’origine animale. Ils se trouvaient à un endroit où plusieurs déchets s’accumulent. Les signalements de cette sorte sont fréquents, selon la Sûreté du Québec, mais ils sont plus médiatisés dans la région depuis qu’une possible hanche humaine a été trouvée à Chicoutimi, près du sentier des Rats musqués, le 21 mai. L’os a été envoyé au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale.

+

LES INNUS FIERS D'AVOIR ACCUEILLI LES CHEFS DU G7

Les chefs et représentants des Premières Nations innues d’Essipit, de Pessamit et de Mashteuiatsh sont fiers d’avoir officiellement accueilli sur leur territoire ancestral, le Nitassinan, les chefs d’État venus participer au sommet du G7, en fin de semaine à La Malbaie. Le chef des Innus au Lac-Saint-Jean, Clifford Moar, tenait à ce que le tout se déroule « dans l’esprit de réconciliation prôné par le gouvernement Trudeau». Il était présent à Bagotville à l’arrivée des dirigeants. «Le Canada a tenu parole! Notre présence constituait une affirmation politique remarquée partout dans le monde, indique-t-il par voie de communiqué. Nous ne sommes pas venus en tant qu’Indiens de service afin d’apporter un élément pittoresque au sommet du G7. Nous sommes venus pour signifier au monde qu’il y a au Canada et ailleurs sur terre, des peuples autochtones autonomes et solidaires déterminés à prendre la place qui leur revient. Nous sommes venus pour échanger de nations à nations.»