Accusés d’extorsion pour une histoire de dette impayée

Trois individus ont été épinglés, vendredi, à Chicoutimi-Nord, en lien avec une dette d’argent impayée. Les hommes, dont un serait lié au crime organisé, auraient rendu visite à un individu qui leur devait de l’argent. Daniel Bergeron, Michaël Bergeron et Marc-André Baillargeon ont brièvement comparu au Palais de justice de Chicoutimi, lundi. Ils ont été accusés d’extorsion, mais le ministère public a annoncé que d’autres accusations devraient être portées mardi.

Les évènements se sont produits en après-midi vendredi, sur la rue Sainte-Claire, à Chicoutimi-Nord. Les trois accusés se seraient présentés dans un logement, afin de récupérer une dette. Ils auraient pénétré par effraction chez la victime, un homme de 53 ans, puis l’auraient tabassé. L’homme n’a toutefois pas été blessé grièvement et il a pu fuir, mais les accusés lui auraient préalablement fait signer une lettre, d’où le chef d’extorsion. Daniel Bergeron, son fils Michaël et Marc-André Baillargeon, respectivement âgés de 62, 31 et 26 ans, auraient ensuite décidé de se payer eux-mêmes, en dérobant du matériel chez la victime. Le grabuge aurait alerté les voisins, qui ont appelé la police. Les hommes ont été arrêtés sur place.

Selon les sources policières, l’un d’eux serait membre des Devils Ghosts, un club de motards affiliés aux Hells Angels.

Si les trois hommes font actuellement face à un seul chef, celui d’extorsion, d’autres accusations devraient être portées mardi.

Les trois hommes restent détenus jusqu’à au moins mardi, alors qu’ils subiront leur enquête caution.

+

UN HOMME INTOXIQUÉ ARRÊTÉ À JONQUIÈRE

Un homme fortement intoxiqué par l’alcool a été arrêté à Jonquière dans la nuit de dimanche à lundi. L’individu âgé de 62 ans a perdu connaissance sur la rue Saint-Dominique. Il a été arrêté pour ivresse sur la voie publique, bris de probation et voies de fait sur un agent de la paix. L’homme a été libéré lundi matin, mais il devra se présenter devant un juge au Palais de justice de Chicoutimi d’ici quelques semaines. (Anne-Marie Gravel)