Accusé d’avoir violenté sa mère de 73 ans, il renonce à sa liberté en attente de procès

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Martin Pineault, accusé d’avoir violenté sa mère de 73 ans, a renoncé à son enquête sur remise en liberté, vendredi dernier, au Palais de justice de Chicoutimi. L’homme de 48 ans restera donc détenu judiciairement à la prison de Roberval jusqu’à son procès, qui devrait avoir lieu le 13 août.

Martin Pineault a été arrêté le 14 juillet dernier, à Chicoutimi. Il s’en serait pris physiquement à sa mère. Il a été accusé de voies de fait causant des lésions et de voies de fait simples à l’endroit de la septuagénaire. Il est également accusé d’avoir entravé le travail des policiers venus l’arrêter. La dame avait des ecchymoses lorsqu’elle a été prise en charge par les policiers.

L’individu de 48 ans est représenté par Me Olivier Théorêt.

Il est détenu depuis les événements à la prison de Roberval et il devait subir son enquête sur remise en liberté, vendredi, devant le juge de la Cour du Québec, Pierre Lortie.

Toutefois, le client de Me Olivier Théorêt a choisi d’y renoncer, acceptant donc de rester incarcéré jusqu’à son procès.

Il a plaidé non coupable à l’ensemble de ses dossiers et sera de retour en cour le 13 août prochain, date à laquelle a été fixé le procès.

Martin Pineault est également accusé de ne pas avoir complété les 240 heures de travaux communautaires qu’il devait faire en 2019.