La conductrice du petit véhicule n’a eu aucune chance contre le poids lourd.

Accidents mortels sur la 169 et la 167

La journée de vendredi a été tragique sur les routes de la région. Manon Boucher, une dame de 52 ans, a perdu la vie et un cycliste se retrouve dans un état critique à la suite d’un accident survenu sur la route 169, à l’intersection du chemin principal menant à Sainte-Jeanne-d’Arc. Un peu plus tôt dans la journée, un homme de 49 ans perdait la vie sur la 167.

En sortant d’une entrée de commerce, vendredi matin à Sainte-Jeanne-d’Arc, la conductrice d’une petite voiture a été frappée par un camion lourd. Le conducteur a tenté d’éviter la dame, mais en vain. Et l’un de ces deux véhicules a ensuite percuté un cycliste.

Pour une raison inconnue, la conductrice s’est engagée trop rapidement sur la route 169. Le camion n’a pas été en mesure de l’éviter.

«L’enquête est en cours. Je ne peux confirmer pour le moment si c’est le poids lourd ou la petite voiture qui a frappé le cycliste», répond Hélène Nepton, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Le décès de la conductrice de Sainte-Jeanne-d’Arc a été confirmé vendredi après-midi. Au moment de mettre sous presse, la Sûreté du Québec affirmait que le cycliste, un homme âgé dans la cinquantaine, était toujours dans un état critique. L’identité de la dame a été dévoilée en fin de soirée.

Le décès de la conductrice de Sainte-Jeanne-d’Arc a été confirmé vendredi après-midi.

La circulation a été ralentie plusieurs heures sur la route 169. Les gens pouvaient traverser la scène d’accident en alternance. Une seule a été ouverte pendant une bonne partie de la journée

Le cycliste, précisons-le, ne faisait pas partie du Grand défi Pierre Lavoie. Les centaines de cyclistes ont pédalé au même endroit, quelques heures après l’accident.

La circulation a été ralentie plusieurs heures,vendredi, sur la route 169.

Sur la 167
Une heure avant la collision de la 169, une sortie de route sur la 167 a aussi fait un mort. Un homme de 49 ans de Chibougamau a perdu la vie dans cet accident, dont la cause est toujours inconnue.

La sortie de route s’est produite au kilomètre 209, dans la Réserve faunique Ashuapmushuan. L’homme se dirigeait au Lac-Saint-Jean.

«L’alcool n’est pas en cause. Il pourrait s’agir d’une distraction. Mais plusieurs autres hypothèses sont analysées», précise Hélène Nepton.

+

DES QUESTIONS À SE POSER, SELON PIERRE LAVOIE

L’accident survenu à Sainte-Jeanne-d’Arc qui a coûté la vie à une automobiliste et plongé un cycliste dans un état critique a eu écho jusqu’au peloton du 1000 km du Grand défi Pierre Lavoie.

D’abord parce que les cyclistes devaient emprunter ce secteur quelques heures après le drame, mais aussi parce qu’un cycliste avait été impliqué. 

«Ça nous ramène à la sécurité routière, autant en automobile qu’à vélo, a indiqué Pierre Lavoie. Les cyclistes sont extrêmement vulnérables sur la route et on le sait. C’est pour cette raison que les plus gros (véhicules) doivent être vigilants face aux plus petits.»

L’organisation du GDPL a été en constante communication avec la Sûreté du Québec et après discussion, il a été convenu que le plan initial demeure le même. Les cyclistes sont donc passés par Sainte-Jeanne-d’Arc pour relier Dolbeau-Mistassini à Alma. Toutes les options sont demeurées sur la table, dont celle de rebrousser chemin vers l’ouest.

Basé sur un modèle de vie active, le Grand défi a pu saisir la balle au bond et attaquer un nouveau front.

«On passe le message des saines habitudes de vie, mais on peut aussi passer celui de la cohabitation, a mentionné Pierre Lavoie. Continuons à travailler à protéger tous les usagers de la route, y compris les marcheurs. Peut-être qu’on échappe des choses. Est-ce que c’est dans nos formations? Est-ce qu’on a une culture trop pressée? Il faudra faire un examen de conscience un jour.»