Carl Duchesne a reçu sa sentence jeudi, au Palais de justice de Chicoutimi.

Absolution pour Carl Duchesne

L’ex-directeur des finances de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Carl Duchesne, obtient une absolution conditionnelle pour des voies de fait causant des lésions. Le comptable agréé avait plaidé coupable à ces accusations, mardi, au Palais de justice de Chicoutimi.

Duchesne rappelons-le, a frappé un collègue syndiqué en marge du party de bureau tenu en décembre dernier. Sa victime a subi une commotion cérébrale en plus d’une fracture au plancher de l’orbite. Il n’y a eu qu’un seul coup de poing.

Le père de famille, qui a perdu son emploi au début de l’année 2018, n’aura donc pas de casier judiciaire, mais devra effectuer 100 heures de travaux communautaires. 

Le juge Michel Boudreault a accepté cette suggestion commune, après avoir entendu les deux parties, jeudi. Le magistrat, qui n’était au départ pas enclin à donner une absolution pour ce geste de violence, a finalement jugé que la société a intérêt à ce que Duchesne demeure un actif en travaillant dans son domaine. Un casier judiciaire pour violence pourrait lui fermer plusieurs portes. 

« La société a intérêt à ce que vous demeuriez un actif. Personne ne serait gagnant que vous ne puissiez plus travailler. Il n’y a pas de risque de récidive. On parle d’un geste ponctuel et avec la médiatisation, vous avez compris qu’il n’y a plus de place à l’erreur », a exprimé le juge Boudreault. 

Ce dernier a rappelé que le comptable a déjà perdu beaucoup dans cette affaire. En plus d’avoir perdu un emploi avec un salaire annuel de 110 000 $, Duchesne est poursuivi au civil par la victime. L’employé de la commission scolaire exige près de 80 000 $ pour ses blessures. 

Carl Duchesne a aussi entamé des thérapies pour un problème d’alcool. Il lui est d’ailleurs interdit d’en consommer pour les 12 prochains mois.