Gilbert Desrosiers a déploré la couverture médiatique autour de cette affaire de fraude.

Absolution conditionnelle pour un vol au IGA

Même s’il a fraudé le marché d’alimentation IGA Extra de Chicoutimi pour plus de 1290 $ en épicerie, Gilbert Desrosiers obtient une absolution conditionnelle à ce qu’il réalise 80 heures de travaux communautaires.

La sanction est tombée jeudi matin au Palais de justice de Chicoutimi, alors que le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a entériné la suggestion commune de Me Nicole Ouellet (Couronne) et de Me Marie-Ève St-Cyr (défense).

Desrosiers a été reconnu coupable d’avoir fait son marché d’alimentation pour une somme de 1296 $ au commerce du boulevard Talbot, à Chicoutimi, pour une réception qu’il tenait à son domicile en septembre 2015.

Desrosiers avait passé sa commande au téléphone pour que la livraison se fasse chez lui à Arvida. Quelques heures avant l’arrivée de la commande, il a fait ajouter du vin et des steaks pour une somme de 600 $.

Il a cependant omis de payer la facture de 1296 $. Plus de deux années plus tard, il n’a toujours par remboursé l’entreprise et ne prévoit pas le faire, car il vit de l’aide sociale.

Le juge Boudreault a entériné la suggestion commune, mais a aussi lu un passage du rapport présentenciel préparé pour l’accusé et qui montre la position dans laquelle il s’est placé.

« On constate le désir chez M. Desrosiers de maintenir une image auprès des autres et veut démontrer qu’il est en contrôle, ce qui l’a amené à l’enlisement », a lu le magistrat.

Ce dernier ne demande pas le remboursement de la fraude. Il croit que l’individu a atteint le fond du baril et qu’il est en train de remonter.

Gilbert Desrosiers s’est adressé au tribunal avant de recevoir sa sentence.

« Je pense que tout a été dit. Ce qui me travaille, ce que je trouve regrettable et incroyable, c’est toute la médiatisation autour de cette affaire. Je traîne ça depuis janvier 2016. Mon fils de 17 ans ne veut pas aller à l’école vendredi si quelque chose est publié à mon sujet », a indiqué Desrosiers.

Il n’a cependant pas dit un mot en lien avec la fraude envers le IGA et la perte encourue par le commerçant.

Desrosiers doit revenir éventuellement au tribunal dans une autre histoire de fraude contre la compagnie Multi-Précision GB et sa directrice générale, Mélanie Boucher.

Le procès pourrait se dérouler dans les mois à venir. Desrosiers a déjà été condamné par la chambre civile de la Cour supérieure du Québec à verser 17 000 $ à la plaignante et à la compagnie.