Le juge de la Cour du Québec, Paul Guimond, a accepté la suggestion commune de la défense et de la Couronne.
Le juge de la Cour du Québec, Paul Guimond, a accepté la suggestion commune de la défense et de la Couronne.

À l'ombre pour 23 mois: «Un exemple vivant des ravages de la drogue», dit le juge

«Quand on parle de ravages de la drogue, vous en êtes un exemple vivant.» Le juge de la Cour du Québec Paul Guimond a condamné le Saguenéen Frédéric Desbiens à une peine de 23 mois de prison, pour une série de vols que l’homme de 44 ans a commis en 2019 pour se procurer des stupéfiants, notamment de la morphine. Il lui sera également interdit de se trouver sur le territoire des monts Valin à sa sortie de prison.

Frédéric Desbiens était détenu depuis plusieurs mois après avoir été arrêté pour vols, introduction par effraction, bris de probation et possession d’armes alors qu’il n’en avait pas le droit. Desbiens a plusieurs antécédents judiciaires et une peine fédérale à son actif, ce qui explique cette détention préventive en attente de procès.

Vendredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi, l’homme de 44 ans a plaidé coupable à une série d’infractions, notamment pour avoir volé un coffret de maquillage dans une pharmacie et pour se l’être fait rembourser avec une fausse facture, pour le vol de boissons alcoolisées dans une épicerie, ainsi que pour celui d’un pointeur laser dans une boutique. L’homme avait rendu plus tard les objets dérobés en s’excusant.

Il a également été épinglé pour avoir volé des objets dans un magasin de chasse et pêche en compagnie de sa conjointe, de même que pour s’être introduit dans des chalets situés sur les monts Valin pour y voler des armes.

L’homme voulait revendre les biens dérobés pour se procurer de la morphine, notamment. Il y est accro depuis qu’il a été grièvement brûlé dans un accident de travail.

«Les ravages de la drogue, vous en êtes un exemple vivant. Vous avez perdu (la garde) de votre enfant, vous êtes en prison et vous vous abaissez à voler dans des pharmacies. Vous avez l’air d’un homme en forme, vous pourriez travailler», a noté le magistrat.

La défense et la Couronne en étaient venues à proposer une suggestion commune de 23 mois de détention, compte tenu des nombreux chefs d’accusation dont l’homme faisait face et de ses antécédents judiciaires.

Frédéric Desbiens, qui a déjà l’équivalent de 11 mois de détention de purgés, ne pourra plus se trouver sur le territoire des monts Valin à sa sortie de prison. Il suit présentement un programme de méthadone pour vaincre son problème de consommation de morphine.