90 jours de prison pour avoir tenté d’embrasser une enfant

Un homme de 27 ans devra purger une peine d’emprisonnement de 90 jours discontinue pour avoir agressé une fille âgée de 12 ans en mars dernier.

Le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, a rendu cette décision, vendredi, alors qu’il siégeait au Palais de justice de Chicoutimi.

L’individu, considéré comme un ami de la famille de la victime, a profité du fait qu’il transportait la jeune fille à une activité sportive pour tenter de l’embrasser à deux reprises sans son consentement, en plus de tenir des propos déplacés.

L’homme, qui n’avait pas de casier judiciaire, devra se soumettre à une probation de 15 mois ainsi qu’à plusieurs conditions, dont une interdiction de communiquer, harceler ou épier la victime, tout en évitant de se présenter à son domicile et son lieu d’études.

Le nom de l’individu condamné sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour une période de dix ans.