Une raclée donnée lors d’un party du Nouvel An 2018 à Roberval a valu 5000$ à la victime.

5000$ pour une raclée au Nouvel An

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a statué que subir une raclée sans motif dans un bar à l’occasion d’un party du Nouvel An, mais sans subir de fracture, valait à l’agresseur de payer 5000$ à la victime.

C’est ce qui ressort d’un jugement rendu le 10 juin 2019 dans le district de Roberval, mais qui a été publié le 2 juillet.

La victime poursuivait à la Cour des petites créances l’agresseur pour une somme de 15 000$. Au criminel, l’agresseur avait plaidé coupable, le 30 avril 2018, aux accusations portées contre lui et avait évité l’emprisonnement.

Le Quotidien ne peut publier le nom de l’agresseur, car aucun détail supplémentaire n’est fourni pour identifier précisément celui qui porte un nom commun.

«Le 1er janvier 2018, le demandeur se présente au P’tit Bar de Roberval avec sa conjointe et des amis pour souligner le Nouvel An. Vers 2h15, il se dirige à la salle de bain et, une fois à l’intérieur, il est sévèrement battu à coups de poing au visage. Il saigne, tombe au sol et passe près de perdre connaissance. Il réussit tout de même à identifier son agresseur qui quitte rapidement la pièce. Avec difficulté, il réussit à se relever et à sortir de la salle de bain pour obtenir de l’aide. Sa conjointe et ses amis constatent qu’il présente une plaie ouverte au niveau de l’arcade sourcilière et saigne abondamment», peut-on lire dans le jugement.

Après avoir constaté l’état dans lequel il se trouvait le lendemain, ses proches lui ont recommandé de se rendre au centre hospitalier, après avoir porté plainte pour agression aux policiers.

«Des radiographies sont effectuées et, heureusement, les résultats sont négatifs, aucune fracture n’est décelée. Mais, cette soirée laisse également un traumatisme psychologique important au demandeur. Il s’en veut de ne pas s’être défendu. La honte et la peur que les gens portent des jugements l’envahissent vu ses ecchymoses au visage. Il est incapable de se présenter aux funérailles de son ex-beau-père en plus de vivre des maux de tête et des difficultés à dormir», est-il aussi rapporté.

L’agresseur était fortement intoxiqué après avoir consommé une bonne quantité de whisky de marque Jack Daniel’s. Il a reconnu devenir agressif lorsqu’il est en boisson.

«Il n’y a aucun doute, le défendeur a commis une faute grave en s’attaquant au demandeur et en portant atteinte à son intégrité physique. Il ne connaissait aucunement le demandeur et aucun mobile n’explique son geste, si ce n’est que sa conjointe, à un moment donné au cours de la soirée, s’est retrouvée en compagnie du demandeur et de ses amis à leur table et aurait, semble-t-il, dansé avec ceux-ci», a poursuivi le compte-rendu du juge.

Dans sa décision, Michel Boudreault se base sur la jurisprudence pour établir le montant de l’indemnité à payer. Il cite une autre affaire où une victime a subi une fracture du nez et a reçu 6500$. «Heureusement, la ruée de coups de poing au visage à l’endroit du demandeur n’a causé aucune fracture. Il n’en demeure pas moins que ce dernier a quand même établi avoir subi un préjudice certain que le défendeur doit compenser», a enchaîné Michel Boudreault dans la décision, qui a établi la somme à payer à 5000$.