Me Julien Boulianne a dénoncé plusieurs fois les délais pour le transfert d’un dossier de la Cour municipale de Montréal vers Chicoutimi.

42 jours de prison pour des lunettes volées

Le Jonquiérois Dany Tremblay est sorti de prison après y avoir passé 42 jours pour le vol d’une paire de lunettes à 24,99 $. Après de multiples démarches, la Cour municipale de Montréal a finalement accepté de transférer le dossier dans le district judiciaire de Chicoutimi afin que l’accusé plaide coupable.

Le criminaliste Julien Boulianne a dénoncé la longueur du délai, vendredi, auprès du juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, estimant que cela n’avait aucun sens qu’un individu passe inutilement du temps derrière les barreaux pour une question administrative.

Tremblay a été arrêté le 23 mai à Saguenay. Un mandat d’arrestation avait été lancé à Montréal à la suite d’un vol commis dans un commerce de la rue Sainte-Catherine. L’homme de 41 ans avait omis de se présenter devant le tribunal lorsque sa présence s’était avérée nécessaire.

Incarcéré à la prison de Roberval, son avocat a tout fait pour que les accusations soient transférées à Chicoutimi afin que son client plaide coupable.

« Ce que je voulais, c’était de régler le dossier ici et éviter des frais aux contribuables en étant obligé d’envoyer mon client à Montréal pour une histoire de vol à l’étalage. Nous avons demandé le transfert du dossier au début du mois de juin », explique Me Boulianne.

« Je conviens que mon client n’a pas aidé sa cause en ne se présentant pas à la Cour municipale de Montréal lorsque cela était nécessaire. Mais ça n’empêchait pas les responsables de transférer le dossier, étant donné que mon client était obligé de plaider coupable », soutient l’avocat.

À trois ou quatre reprises, l’accusé s’est promené entre Roberval et Chicoutimi dans l’espoir que son dossier soit transféré dans le district de Chicoutimi, mais en vain.

Empreintes nécessaires
« La Cour de Montréal exigeait que les empreintes digitales de Dany Tremblay soient prises et envoyées au Palais de justice de Montréal, ce qui ne se fait jamais pour une accusation sommaire. Malgré tout, nous avons fait prendre les empreintes par les policiers de Saguenay depuis plus d’une semaine, mais le transfert ne se faisait tout de même pas. Montréal voulait une confirmation d’Identité Québec, dont la personne responsable est en vacances jusqu’en août », de renchérir le criminaliste.

Finalement, sans aucune explication, une personne de la Cour municipale de Montréal a accepté de transférer le dossier de Tremblay, âgé de 41 ans, à Chicoutimi vendredi matin.

L’individu a comparu en après-midi et a plaidé coupable au vol à l’étalage. Il a été condamné à une journée de détention, sans oublier les 42 jours qu’il aura passés à Roberval depuis son arrestation.