Les caméras de surveillance montrent une personne qui brise le cadenas du présentoir. Elle place les armes dans un sac de sport avant de quitter.

28 armes de poing volées à Alma

Vingt-huit armes à feu à autorisation restreinte ont été volées, dans la nuit de lundi à mardi, au commerce Pronature d’Alma. La valeur du butin est évaluée à plus de 20 000 $. L’enquête est en cours et aucun suspect n’a été arrêté.

a Sûreté du Québec (SQ) confirme qu’une ou des personnes se sont introduites, vers 1 h 30, dans le commerce de plein air de l’avenue du Pont Nord. L’enquête a été confiée au service des enquêtes d’Alma en collaboration avec la Division des enquêtes sur les crimes majeurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean. 

Un inventaire physique réalisé, mardi matin, avec des représentants de la SQ, a permis de confirmer qu’il manquait 28 armes de poing dans les étalages du commerce. Contrairement à ce qui a été rapporté, aucune munition n’a été volée.

Le propriétaire de l’entreprise, Sylvain Blackburn, est d’avis que les voleurs ont bien ficelé leur opération. 

« Ils sont entrés par notre voisin à l’arrière, le salon de bronzage. Ils ont arraché une porte d’acier et brisé le mur. Ils se sont retrouvés devant les boites électriques et c’était impossible de passer là. Dans le salon de bronzage, ils ont donc grimpé sur un lit et ont défoncé le toit. Ils sont entrés dans l’entretoit et sont arrivés dans mon entrepôt », explique-t-il. 

Le propriétaire de Pronature, Sylvain Blackburn, évalue la marchandise volée entre 25 000$ et 30 000$.

Selon M. Blackburn, les malfaiteurs ont eu beaucoup de temps, puisque contrairement à son commerce, le salon de bronzage n’était pas protégé par des systèmes d’alarme. 

D’ailleurs, les caméras de surveillance ont capté le travail d’un malfrat à l’intérieur du commerce de plein air. « On voit un homme entrer. Il casse la serrure des comptoirs qui étaient bien barrés. On le voit remplir un sac de sport avec les armes et quitter. On ne voit pas son visage », raconte celui qui a eu une journée fort occupée. 

Le propriétaire de Pronature, Sylvain Blackburn, évalue la marchandise volée entre 25 000$ et 30 000$.

M. Blackburn et son équipe se questionnent quant à la préméditation du geste. « D’après nous, ils sont venus voir comment c’était, avant. Des fois, les clients nous demandent la salle de bain. En plus, nous sommes un poste d’enregistrement pour la chasse à l’orignal. Il y a beaucoup de personnes qu’on ne connaît pas qui viennent », ajoute-t-il. 

Questionné quant aux précautions prises devant le potentiel danger du butin, le sergent de la SQ, Jean-Raphaël Drolet, a refusé de commenter davantage. De son côté, le propriétaire de Pronature est d’avis que le matériel volé se retrouvera sur le marché noir puisqu’aucun membre de clubs n’achèterait une arme volée.

Sylvain Blackburn n’en est pas à sa première affaire de vol. En septembre 2006, son commerce, qui était situé dans un autre local à proximité, avait été la cible de voleurs. Ceux-ci avaient dérobé entre 25 000 $ et 30 000 $ de matériel.

Les malfaiteurs se sont introduits par le commerce voisin avant d’entrer dans le local par le toit.