Le présumé meurtrier de Sandra Fortin, Luc Hamel, subira son procès devant un jury à compter du 4 juin.

2018 s'annonce occupée sur la scène judiciaire

Quelques procès d’importance devant jury devraient se tenir en 2018 dans l’un ou l’autre des trois palais de justice du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le sort du présumé meurtrier de Sandra Fortin, Luc Hamel, se retrouvera entre les mains d’un jury de 12 personnes à compter du 4 juin 2018 dans le district judiciaire de Chicoutimi.

Les candidats à l’un ou l’autre des postes de jurés devraient être convoqués dès le 4 juin. Le procès devrait débuter peu après. 

Me Jean-Sébastien Lebel, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et Me Sébastien Saint-Laurent, en défense, ont prévu trois semaines de procès et de plaidoiries pour ce procès.

Luc Hamel est accusé du meurtre au premier degré d’une employée du Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida (SNEAA).

Hamel se serait rendu au domicile de Mme Fortin, à Jonquière, et l’aurait poignardée. Il aurait ensuite transporté le corps de celle-ci dans le coffre de sa voiture jusqu’à sa résidence à lui à Chicoutimi.

D’autre part, Marc-Étienne Côté, accusé du meurtre d’Israël Gauthier-Nepton, pourrait lui aussi se retrouver devant le tribunal en 2018. Le crime a été commis en novembre 2016 au centre-ville de Jonquière. 

Côté, soupçonné alors d’avoir tiré dans le dos de sa victime, s’était éclipsé de la région immédiatement après l’événement. Il a été en cavale durant plusieurs mois avant d’être arrêté à Montréal en août dernier.

Il est aussi possible de croire que les procès des individus arrêtés dans le cadre des opérations policières NARD (Alma) et NOCIF (Saguenay-Lac-Saint-Jean, Québec et Montréal) pour venir à bout de réseaux de vendeurs de stupéfiants pourraient se dérouler dans les mois à venir.

Quant à Stéphanie Frenette, accusée aussi d’avoir secoué un enfant de 23 mois, elle doit revenir en Cour en avril 2018 afin de déterminer une date de procès devant jury.

Par ailleurs, dès le 19 février et pour trois jours, le médecin à la retraite Laval Claveau subira son procès en lien avec cinq chefs d’agressions sexuelles sur d’anciennes patientes. 

Claveau est accusé d’avoir fait des attouchements sexuels à une patiente entre 2009 et 2012, une deuxième entre 2012 et 2015 et deux autres durant la période de 2009 à 2014.

Dans un autre ordre d’idées, la nounou française Céline Braud devrait connaître la sentence que lui réserve le tribunal pour avoir brassé le bébé qu’elle gardait. Elle demande une absolution inconditionnelle afin d’éviter d’être déportée.

Jean-Philippe Blanchette connaîtra aussi sa sentence le 11 janvier. 

Il a été reconnu coupable d’une conduite avec les facultés affaiblies causant la mort de sa conjointe, Kathleen Haché-Binette. 

Finalement, la Cour d’appel du Québec entendra les représentations des avocats sur la peine de six années imposée à Stacey Sikounik Denis-Damée pour avoir tué son père en juin 2015 alors qu’elle se trouvait sur la réserve amérindienne d’Obedjiwan.

Me Denis Otis, en défense et Me Marie-Anne Robert, de la Couronne, feront valoir leurs arguments le 16 mars.