Les dégâts causés par l’eau à la suite d’un début d’incendie provoqué par un feu de friture, au-dessus du commerce almatois Meubles Gilles Émond, s’élèvent à environ 200 000 $ pour l’entreprise.

200 000 $... pour des frites!

L’entreprise almatoise Meubles Gilles Émond a subi des dommages d’environ 200 000 $, dimanche, en raison des dégâts causés par l’eau à la suite d’un feu de friture qui a pris naissance dans un logement situé au-dessus du commerce. Les activités de l’entreprise doivent cependant reprendre dès lundi matin, a assuré le propriétaire.

Les pompiers ont été appelés vers 13 h 50 à intervenir au commerce situé au 162 rue Joseph W. Fleury, dans le secteur de Saint-Coeur-de-Marie.

Un locataire d’un des deux logements situés à l’étage de l’entreprise a causé une explosion en tentant d’éteindre un feu de friture en jetant de l’eau sur sa cuisinière, a raconté le propriétaire François Émond, en entrevue avec Le Quotidien. Le locataire faisait alors cuire des frites dans de l’huile.

Une trentaine de clients se trouvaient alors dans le magasin, le dimanche étant l’une des journées les plus achalandées de la semaine pour le commerce. Ils ont pu être évacués rapidement.

Le locataire a cependant subi des brûlures et a dû être transporté à l’hôpital, a indiqué Jacky Piquette, directeur du Service de la prévention des incendies d’Alma. Les brûlures seraient cependant mineures.

Les gicleurs du logement et d’une partie du rez-de-chaussée ont permis d’empêcher la propagation des flammes, mais ont causé d’importants dommages par l’eau à l’avant du commerce.

Meubles Gilles Émond a ainsi perdu du mobilier de salon et de salle à manger. « C’est difficile à évaluer, mais on pense en avoir pour environ 200 000 $, avec le plafond et les murs qui vont être à refaire », a expliqué M. Émond. L’eau s’est infiltrée jusqu’au sous-sol du commerce, une section également accessible aux clients.

Dimanche après-midi, une équipe était à l’œuvre afin de vider et de circonscrire la zone touchée pour ainsi permettre l’ouverture à l’heure habituelle, lundi matin. « On se retrousse les manches. Nous serons ouverts quand même et nous allons offrir les mêmes services », a tenu à préciser le propriétaire.

Le directeur Jacky Piquette, qui a vu de nombreux feux de friture dans sa carrière de pompier, rappelle que la casserole ou le poêlon en flammes ne doivent pas être manipulés lors de tels événements.

Le rond de la cuisinière doit plutôt être éteint et le feu doit être couvert en plaçant un couvercle, ce qui coupera l’alimentation des flammes en oxygène. Un extincteur portatif peut aussi être utilisé.

« Mais la première chose que les gens ne devraient pas faire, c’est de faire de la friture avec des poêlons ou des chaudrons, a-t-il cependant précisé. Il y a des friteuses homologuées spécialement pour cela. »