179 incendies de forêt en 31 jours

Durant le mois de mai, 179 incendies de forêt ont requis l’intervention de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) et des pompiers municipaux, dans toute la province.

En dix jours seulement, soit entre le 10 et le 20 mai, une centaine d’incendies sont survenus. « Il n’a fallu que quelques heures d’ensoleillement combiné au vent pour que les sapeurs pompiers aient à intervenir partout en province », affirme la SOPFEU dans un communiqué de presse.

En tout, 222 hectares de forêts ont été atteints par les flammes, ce qui est bien au-dessous des statistiques des dix dernières années. Il faut savoir que la majorité des feux de forêt touchent un peu moins qu’un hectare chacun. Le nombre de feux le plus élevé a été répertorié en Abitibi-Témiscamingue, en Outaouais, aux Laurentides et en Mauricie.

Les feux de camp sont responsables de près de la moitié des incendies de forêt. La perte de contrôle de brûlage de déchets demeure la cause principale de ces feux.

Prudence recommandée pour les campeurs
En vue du début des activités extérieures estivales, la SOPFEU recommande aux campeurs de redoubler de prudence lors de leurs activités extérieures.

La société rappelle les mesures de précaution que les citoyens doivent considérer avant l’allumage d’un feu de camp. Il est toujours conseillé de vérifier l’indice du danger d’incendie de sa région et de se conformer au Règlement de la protection des forêts, qu’on retrouve sur le site du gouvernement du Québec.

Dans celui-ci, on suggère de choisir un terrain en sol minéral et de bien nettoyer le sol où le feu sera allumé, en enlevant les branches, broussailles et feuilles sèches de l’emplacement choisi. Il est recommandé d’avoir toujours en sa possession une source d’eau pour être prêt en cas d’extinction inattendue. Le plus important serait qu’une personne reste sur les lieux jusqu’à ce que le feu soit complètement éteint.