Mélanie Boucher

17 000 $ pour avoir nui à Mélanie Boucher

L'ancien organisateur politique Gilbert Desrosiers est condamné à payer 12 000 $ en dommages et intérêts à l'ancienne candidate libérale fédérale Mélanie Boucher et à remettre 5000 $ à sa compagnie Multi-Précision GB de Jonquière. Reste à voir si elle pourra toucher son argent, étant donné que Desrosiers a fait faillite pour une troisième fois.
Le greffier spécial Me Robert Tremblay-Paquin, de la Cour supérieure (chambre civile), a donné raison à la plaignante, qui disait que Desrosiers avait nui volontairement à sa réputation et par le fait même à celle de son entreprise. Mélanie Boucher réclamait 605 000 $, soit 105 000 $ pour sa compagnie et 500 000 $ pour elle-même.
Toute cette histoire remonte à février 2015 lorsque Desrosiers offre à la plaignante de devenir organisateur de sa campagne électorale. Celle-ci se dit satisfaite de la première rencontre et accepte son aide.
Au fil du temps, Desrosiers apprend que la compagnie Multi-Précision GB éprouve des difficultés financières et offre de donner un coup de main. Il prétend être indépendant de fortune et est prêt à investir 300 000 $.
Occupée par la campagne électorale à venir, Mélanie Boucher a moins de temps pour s'occuper de l'entreprise, mais remarque tout de même un découvert d'un peu plu de 5000 $ dans le compte bancaire de la compagnie.
Elle découvre alors que des chèques ont été faits au nom de Desrosiers, sans que qui que ce soit ne soit au courant. Gilles Boucher, le père de Mélanie, était autorisé à signer des chèques en blanc, étant donné qu'il n'était pas toujours présent à l'entreprise. Desrosiers s'était approprié au moins un chèque à son bénéfice.
Lors du procès, Mme Boucher a démontré que l'accusé a cherché intentionnellement à lui nuire en remettant des informations mensongères aux avocats du Parti libéral du Canada.
Cette situation avait amené la femme à abandonner la candidature du PLC.
Dans sa décision, le tribunal estime que les fautes commises par Gilbert Desrosiers s'avèrent d'une gravité relative.
« Je n'ai pas l'intention d'abandonner la partie aussi rapidement. Même si l'accusé a déclaré faillite, je vais tenter d'obtenir gain de cause », a mentionné Me Régis Gaudreault, qui a représenté les intérêts de Mme Boucher.
Desrosiers attend une date pour un procès criminel de vol et fraude à l'endroit de la plaignante.