Le sergent Marc Simard a expliqué à son équipe comment effectuer le barrage routier tout en restant sécuritaire.

1000 véhicules interceptés

La Sécurité publique de Saguenay (SPS) a organisé, vendredi, un barrage routier sur la rue Saint-Dominique, à Jonquière, où environ 1000 véhicules ont été interceptés. Installés à la hauteur de la rue du Méandre, la dizaine de policiers vérifiaient si des conducteurs avaient consommé de l’alcool, alors que plusieurs plaisanciers sortaient du lac Kénogami, après un après-midi ensoleillé.

« On veut que les gens sachent qu’ils sont surveillés même s’ils consomment sur le lac et qu’ils peuvent se faire prendre au retour », a confirmé le sergent Marc Simard, dans la réunion de préparation de l’équipe policière, à laquelle Le Progrès a pu assister. Le sergent a répété à plusieurs reprises que la mission des policiers était d’assurer la sécurité des usagers de la route lors de cette opération.

Aucune personne n’a été arrêtée pour conduite en état d’ébriété, mais un véhicule a tout de même été saisi, ainsi que le permis de conduire de son conducteur.

Une dizaine de policiers étaient présents pour vérifier si des conducteurs étaient en état d’ébriété, vendredi, à Jonquière.

« Tout au long de l’année, on fait ce genre d’opérations. Surtout en décembre, alors qu’il y a plusieurs soirées et que les gens ont plus tendance à prendre un verre. Mais on veut aussi que les gens voient qu’on en fait toute l’année et à toutes les heures », a mentionné l’agent de prévention Carl Tremblay. En effet, en se plaçant à proximité du Camping Jonquière et du lac Kénogami, les policiers espéraient conscientiser les vacanciers qui auraient pu prendre un verre et tout de même prendre leur voiture.

« Il y a beaucoup de facteurs que l’on regarde, même si on se concentre sur l’alcool au volant. On peut vérifier le port de la ceinture, la validité du permis, les accessoires brisés sur une voiture, mais aussi les conduites avec les facultés affaiblies dues à la fatigue, aux médicaments ou à la drogue », a ajouté l’agent de prévention.

En 17 ans de service, Carl Tremblay a remarqué que le bilan de conduite en état d’ébriété s’est amélioré, surtout chez les jeunes chauffeurs. « C’est avec des campagnes de prévention et en montrant que nous sommes présents que l’on arrive à conscientiser les gens », a admis l’agent.

Une opération similaire s’est déroulée à la Dam-en-Terre, vendredi, tenue par les policiers de la Sûreté du Québec.

À la Dam-en-Terre aussi
La Sûreté du Québec a fait la même opération, cette fois-ci à la sortie du camping de la Dam-en-Terre d’Alma.

Il n’a cependant pas été possible d’obtenir le bilan de l’opération en fin de soirée, vendredi.