Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Actualités

Une femme arrêtée pour des gestes violents envers son conjoint

Une femme de 35 ans a été arrêtée dans un dossier de violence conjugale pour avoir mordu son conjoint et lui avoir lancé des objets, dans la nuit de vendredi à samedi, à Chicoutimi. Elle devra faire face à des accusations de voies de fait avec lésion et d’agression armée.

Les policiers de Saguenay ont arrêté la femme après qu’une dispute ait dégénéré à la suite d’une consommation d’alcool. Elle a comparu samedi matin par voie téléphonique au poste de police de Chicoutimi où elle est détenue.

Actualités

Un second barrage routier contre l’alcool au volant en deux jours à Saguenay

Les policiers de Saguenay ont tenu un deuxième barrage routier en deux jours contre l’alcool au volant et la drogue, cette fois dans la nuit de vendredi à samedi à La Baie. Aucune arrestation n’a eu lieu lors de cette opération qui a permis de vérifier 175 véhicules, mais un homme a ensuite été arrêté pour conduite avec les facultés affaiblies à Jonquière.

Le barrage routier a été tenu à l’angle de la rue Aimé-Gravel et du boulevard de la Grande-Baie Nord. Les véhicules étaient interceptés dans les deux directions, a-t-on indiqué, du côté du Service de police de Saguenay (SPS).

Justice et faits divers

Un beau-père violent coupable de voies de fait

Un beau-père violent a admis avoir commis des voies de fait sur les trois enfants de sa conjointe, vendredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi. L’homme d’une quarantaine d’années a semé un climat de terreur au sein du foyer familial, a déclaré la Couronne.

Les beaux-enfants de l’homme étaient âgés entre neuf et 14 ans au moment des gestes. Tirage de cheveux, claques au visage ou derrière la tête, morsures, serrage de cou; l’individu, dont nous taisons l’identité pour protéger celles des victimes, a avoué au juge Paul Guimond avoir posé plusieurs gestes de violence. L’homme a également «enfermé» les enfants à l’extérieur de la maison pour les faire réfléchir à quelques reprises. Il a également admis avoir donné un claque derrière la tête de l’une des enfants assez fort pour que la petite se frappe la tête contre le robinet, lui infligeant des blessures à la lèvre. Il a également avoué avoir mordu le doigt d’un autre enfant jusqu’au sang, dans le but de lui apprendre qu’il ne fallait pas se ronger les ongles.

Justice et faits divers

« Je m’inquiète plus pour l’accusée »

Le juge de la Cour du Québec, Michel Boudreault, a fait preuve d’empathie et de clémence devant une femme accusée de voie de fait armée sur son conjoint, qu’elle a poignardé au bras. La femme de Jonquière avait été victime de violence conjugale de la part de cet homme à deux reprises avant qu’elle ne pose ce geste. Elle devra respecter une probation de 12 mois, mais le juge ne lui a pas imposé de peine à proprement parler, ajoutant qu’il se faisait plus de souci pour elle que pour la victime.

L’accusée avait lacéré le bras de son conjoint avec un couteau, lors d’une soirée où le ton avait monté. Elle lui avait infligé des blessures profondes de trois centimètres.

Justice et faits divers

Invasion de domicile: trois accusés, trois peines opposées

Les trois coaccusés de l’invasion de domicile commise dans une résidence de la rue Sainte-Famille de Chicoutimi en février 2018 ont écopé de peines complètement différentes, vendredi, au Palais de justice de Chicoutimi. Frédéric Bouchard a écopé d’une peine de quatre ans de pénitencier, Rémy Vaillancourt de deux ans moins un jour et David Houde s’en sort avec une peine de 90 jours de prison, ce qui est particulièrement rare pour de telles accusations.

Le 5 février 2018, les Chicoutimiens David Houde, Frédéric Bouchard et Rémy Vaillancourt (un quatrième individu n’a jamais été retracé) sont entrés dans une résidence de Chicoutimi pour y commettre un vol. Ils connaissaient l’individu qui y vivait et le quatuor espérait trouver de l’argent, du matériel de valeur et des stupéfiants. Les malfaiteurs étaient armés d’un bâton, d’un couteau et d’un fusil à plomb.

Justice et faits divers

Alcool au volant: un autre barrage à Saguenay

Les policiers de Saguenay ont effectué un autre barrage routier contre l’alcool et la drogue au volant dans la nuit de jeudi à vendredi.

Quelque 400 véhicules ont été vérifiés au cours de l’opération qui s’est déroulée au coin du boulevard Saint-Paul et de la rue Saint-Henri à Chicoutimi.

Douze personnes ont dû souffler dans l’appareil de détection approuvé (ADA), mais aucune n’a échoué au test. 

Les policiers ont toutefois intercepté un individu qui conduisait avec les facultés affaiblies au cours de la soirée. L’homme dans la vingtaine a d’abord été averti par des policiers de ne pas prendre son véhicule en raison de son état. Des agents l’ont toutefois intercepté sur la route un peu plus tard. 

L’homme a soufflé près de deux fois la limite permise. 

Justice et faits divers

Séquestration à Saint-Félix-d'Otis: la victime vit toujours dans la peur

Johnny Daigle, qui a pénétré par effraction dans une résidence de Saint-Félix-d’Otis et qui y a séquestré sa propriétaire, en septembre 2017, a écopé de six ans de pénitencier. L’homme de 53 ans avait agi avec deux autres complices, dont un qui est toujours en cavale. La victime vit dans la peur, depuis les événements, et ne peut se départir de son bouton panique, qu’elle porte en permanence.

Johnny Daigle, qui est détenu depuis son arrestation survenue quelques jours après la séquestration, a plaidé coupable à trois chefs d’accusation, jeudi, devant le juge Michel Boudreault, soit introduction par effraction, séquestration et port d’un déguisement, en l’occurrence une cagoule, dans le but de commettre un crime.

Justice et faits divers

Un homme de 26 ans arrêté: un beau coup de filet des policiers

Une histoire de jalousie a permis aux policiers de Saguenay de réaliser un bon coup de filet, mercredi après-midi, saisissant notamment 10 armes à feu (imitations et à plomb) et des stupéfiants. Un individu de 26 ans a fait des menaces avec du poivre de Cayenne, ce qui a mené la Section des projets spéciaux du Service de police de Saguenay (SPS) à perquisitionner son logement de la rue Price Ouest, à Chicoutimi.

L’homme a été arrêté sur les lieux et a comparu jeudi matin au Palais de justice de Chicoutimi. Pour le moment, il ne fait face qu’à des accusations de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic.

Justice et faits divers

Trois ans de pénitencier pour s’être introduit chez des aînés

Le voleur de personnes âgées Dany Labrecque a écopé d’une peine de trois ans de pénitencier pour quatre introductions par effraction et cinq tentatives d’introduction dans des résidences pour aînés, commises l’été dernier. Si on soustrait le temps préventif, l’individu aux nombreux antécédents judiciaires en semblable matière a pris le chemin des cellules, où il passera les 29 prochains mois.

Le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, a rendu sa décision, jeudi matin, au Palais de justice de Chicoutimi. Il a affirmé que l’accusé s’en était pris à des personnes vulnérables et qu’il n’était pas soucieux du tort qu’il avait pu causer.

En juillet 2019, Dany Labrecque s’était introduit par la porte d’entrée du logement d’une résidence pour aînés de Chicoutimi. La dame qui y réside était dans son appartement. 

Alarmée par le bruit, la dame en question avait surpris le voleur littéralement la main dans le sac, puisque ce dernier tenait la bourse de la victime.

Labrecque s’était excusé avant de repartir la tête basse. Il serait toutefois reparti avec une carte de crédit. La dame avait souffert d’un choc nerveux.

Dans la même journée, un deuxième locataire de la même résidence avait reçu la visite de Labrecque. Dès que l’accusé s’est présenté dans ce second logement, l’homme qui l’habitait l’a tout de suite interpellé. Labrecque est reparti, sans rien voler cette fois.

Quelques semaines plus tôt, soit en mai 2019, Labrecque avait tenté le même manège, cette fois dans une résidence pour personnes âgées d’Alma. Il avait tâté cinq portes, mais il était reparti sans réussir à s’y introduire. Il avait été capté par les caméras de surveillance et l’enquête des introductions de Chicoutimi avait permis de le lier aux deux crimes. 

L’homme, qui a admis sa culpabilité, avait été cueilli à son domicile le 31 juillet. Il était détenu depuis ce temps. 

La Couronne demandait quatre ans de pénitencier, alors que la défense avait plaidé 18 mois de détention. 

Le juge Paul Guimond a finalement décidé d’envoyer l’accusé trois ans derrière les barreaux, mais étant donné qu’il était détenu depuis l’été dernier, il ne lui reste que 29 mois et 10 jours à purger. 

La procureure de la poursuite, Me Marianne Girard, a déclaré qu’il s’agissait d’une peine juste, compte tenu du parcours de criminel de l’individu de 48 ans. La procureure a également souligné que les récidivistes devaient être punis par des peines sévères. 

Pour expliquer sa décision, le juge a retenu les antécédents judiciaires de l’accusé, mais surtout que ses crimes avaient été perpétrés à l’égard de personnes vulnérables. « Nous devons protéger la société par l’infliction de peines justes », a déclaré le juge Guimond, ajoutant toutefois que l’accusé avait accepté de plaider coupable et qu’il avait présenté des remords sincères. 

L’accusé a accepté sa sentence sans broncher. 

Antécédents

Dany Labrecque n’en est pas à sa première peine de pénitencier pour des introductions commises dans des résidences de personnes âgées

En 2010, il avait écopé de 33 mois de pénitencier pour 25 introductions et en 1996, il avait plaidé coupable à 16 chefs d’accusation de même matière. 

À cette époque, Dany Labrecque était préposé aux bénéficiaires dans des résidences pour aînés.

Justice et faits divers

Réhabilité, l’accusé qui avait participé à une invasion de domicile évite la détention ferme

Christopher Mior, ce jeune homme qui avait participé à une invasion de domicile survenue en septembre 2017, sur la rue Mézy, à Chicoutimi-Nord, a écopé d’une peine de 18 mois, qu’il pourra purger dans la collectivité. L’individu de 20 ans a plaidé coupable à une série d’infractions, mais sa réhabilitation et sa collaboration lui ont évité une peine d’incarcération.

« On dit souvent que les gens sont les artisans de leur propre malheur. Vous, vous êtes l’artisan de votre propre bonheur. Vous vous en tirez bien, car vous évitez la détention ferme », a déclaré le juge Paul Guimond, qui a accepté la suggestion commune soumise par les deux parties, mercredi, au Palais de justice de Chicoutimi.

Justice et faits divers

Décès de Marcel Bouchard: l’intoxication au monoxyde de carbone confirmée

Le coroner Steeve Poisson confirme que Marcel Bouchard est décédé à la suite d’une intoxication au monoxyde de carbone. L’homme de 69 ans avait été retrouvé dans le garage annexé à sa résidence du boulevard Grande-Baie Nord, à La Baie, le 21 février dernier. Sa conjointe et trois premiers répondants avaient également été transportés à l’hôpital en raison de malaises.

Le rapport du coroner a été rendu public mercredi. Selon le récit des événements, M. Bouchard avait été retrouvé dans le garage vers 16 h, par sa conjointe. Le capot de la camionnette était levé et des câbles de survoltage étaient branchés sur la batterie. La portière du conducteur était ouverte.

Justice et faits divers

Un détenu se frappe la tête pour éviter la prison et un prévenu part en ambulance

Deux interventions médicales ont été nécessaires, mercredi, au Palais de justice de Chicoutimi. Un prévenu en attente de procès est parti en ambulance après avoir été victime d’un malaise et un détenu s’est violemment frappé la tête dans la cellule de la détention, puisqu’il refusait d’aller en prison.

Le premier événement est survenu peu de temps après l’appel du rôle, lorsqu’un accusé, qui patientait à l’extérieur de la salle d’audience en attente de son procès, a commencé à se sentir mal. Peu de temps avant, il avait demandé à son avocate s’il pouvait aller fumer du cannabis à l’extérieur, lui qui possède une prescription médicale. Son avocate lui a évidemment répondu que ce n’était pas très recommandé, même s’il disait avoir les permis requis.

Justice et faits divers

Un voleur en série comparaît

Benoît Saint-Pierre, un individu de 43 ans qui a deux longues peines de pénitencier à son actif pour des vols commis au début des années 2000, est soupçonné d’être l’auteur de la série d’introductions par effraction perpétrées à Chicoutimi au cours des derniers mois. Celui qui a brièvement comparu au Palais de justice de Chicoutimi, mercredi, fait face, pour l’instant, à un seul chef d’introduction par effraction commise sur la rue des Roitelets, mais la Couronne a déjà annoncé que d’autres accusations seront portées d’ici la semaine prochaine. Saint-Pierre, un homme au gabarit imposant, reste détenu.

Benoît Saint-Pierre a été arrêté mardi soir, vers 19 h, par les policiers de la section des projets spéciaux et les enquêtes criminelles du Service de police de Saguenay. Il a été appréhendé chez lui, sur le boulevard Tadoussac à Chicoutimi-Nord, dans le secteur même où une quinzaine d’introductions par effraction ont été commises au cours des deux derniers mois.

L’homme a passé la nuit derrière les barreaux et il a été conduit par les patrouilleurs au Palais de justice de Chicoutimi, mercredi matin, où il a comparu devant le juge de la Cour du Québec Paul Guimond. 

Pour l’instant, l’accusé ne fait face qu’à un seul chef, mais la procureure de la poursuite, Me Marie-Christine Savard, a déjà annoncé que d’autres accusations seront portées d’ici le retour en cour de l’accusé, fixé au 17 décembre. 

La poursuite s’est également opposée à sa remise en liberté.

Saint-Pierre a plaidé non coupable et son avocat, Me Charles Cantin, prendra le temps d’examiner la preuve du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). 

Selon les policiers, l’homme serait également l’auteur des introductions par effraction du secteur nord, en plus des deux introductions par effraction survenues mardi matin, entre 9 h 50 et 10 h 50, sur la rue des Roitelets, à Chicoutimi. 

La porte de chacune des résidences avait été défoncée et le voleur était reparti avec des bijoux et du matériel électronique.

Un lourd passé

Saint-Pierre est loin d’en être à sa première présence devant les tribunaux. En 2006, il avait écopé d’une peine de 11 ans de pénitencier, pour une série de vols commis à Chicoutimi, dont certains à la pointe d’un couteau ou armé de pinces. Il avait notamment commis un vol qualifié à la boutique de jouets Lydie de Chicoutimi-Nord, déguisé et des pinces à la main. Il était également entré par effraction dans une résidence, où il était tombé sur une dame. Il lui avait dit de se cacher durant qu’il commettait ses vols. Saint-Pierre avait 32 ans, à l’époque.

Cette série de crimes avait été perpétrée alors qu’il était en libération conditionnelle pour une première peine de huit ans de pénitencier, dont il avait écopé en 2000. Il avait pu sortir avant le terme de sa sentence.

À cette époque, il avait été reconnu coupable de plusieurs introductions par effraction et de vols qualifiés commis avec un couteau dans des dépanneurs. 

Benoît Saint-Pierre a reçu sa première peine en 1991, pour un vol, alors qu’il avait 18 ans.

Justice et faits divers

Vague d’introductions par effraction à Chicoutimi: un homme arrêté

Un homme de 43 ans a été arrêté mardi soir en lien avec les introductions par effraction survenues au cours des dernières semaines dans le secteur nord de Chicoutimi ainsi que mardi matin sur la rue des Roitelets à Chicoutimi.

L’individu a été arrêté mardi soir vers 19h par les policiers de la section des projets spéciaux et les enquêtes criminelles du Service de police de Saguenay. Il a été appréhendé à l’endroit où il résidait, sur le boulevard Tadoussac à Chicoutimi-Nord, dans le secteur même où une quinzaine d’introductions par effraction ont été commises au cours des deux derniers mois. 

«L’individu se déplaçait à pied», souligne Bruno Cormier, porte-parole du Service de police de Saguenay. 

L’homme serait relié à l’ensemble des introductions par effraction du secteur nord, de même qu’aux deux introductions par effractions survenues mardi matin, entre 9h50 et 10h50, sur la rue des Roitelets à Chicoutimi. La porte de chacune des résidences avait été défoncée et le voleur était reparti avec des bijoux et du matériel électronique. 

«On parle d’un modus operandi qui se ressemble beaucoup pour l’ensemble des introductions par effraction. La majorité d’entre elles ont eu lieu en plein jour, souligne Bruno Cormier. Maintenant, il faut le relier à chacun des événements.» 

L’individu qui possède un dossier bien garni en matière de vol et de vol qualifié devrait comparaître mercredi matin au Palais de justice de Chicoutimi.  

Justice et faits divers

Une maison détruite par le feu à Saint-Honoré

Un incendie a complètement détruit une résidence unifamiliale de Saint-Honoré, dans la nuit de mardi à mercredi.

Les pompiers ont été appelés à se rendre au 6910, boulevard Martel, à 23 h, mardi soir. 

Deux personnes se trouvaient sur les lieux au moment où le feu s’est déclaré, mais elles étaient parvenues à sortir avant l’arrivée des pompiers.

Une vingtaine de pompiers ont combattu les flammes. Mercredi matin, huit d’entre eux étaient toujours sur les lieux.

« La maison est une perte totale. Actuellement, la situation est sous contrôle », a confirmé Yan Pelletier, directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Honoré, un peu après 7 h mercredi matin. Ce dernier affirme que l’opération a été compliquée par le froid. 

La cause de l’incendie est inconnue pour le moment. Une enquête suivra son cours.

Justice et faits divers

Un Jonquiérois accusé de trafic d’armes à feu

Thomas Cloutier-Montpetit, arrêté la semaine passée à la suite d’une perquisition de drogue et d’armes menée à son domicile de Jonquière, a pris le chemin d’un centre de désintoxication, où il suivra une thérapie fermée pour les trois prochains mois. Le jeune homme de 20 ans, d’abord accusé de possession illégale d’une arme à feu, fait maintenant face à 12 chefs d’accusation, dont trafic d’armes.

Le 5 décembre, Thomas Cloutier-Montpetit a été arrêté après que les policiers de Saguenay aient réalisé une saisie chez lui. De la cocaïne, du cannabis, de la codéine, du haschich et des armes à feu, soit un revolver de calibre .38 et et 9mm avec un chargeur de 30 cartouches, avaient été perquisitionnés. Il avait comparu le lendemain pour une accusation de possession illégale d’une arme. Le jeune homme sans antécédent judiciaire était détenu depuis son arrestation.

Actualités

Quinze dossiers d'alcool au volant en une journée

Le juge de la cour du Québec Paul Guimond s’est montré quelque peu exaspéré, mardi, devant le nombre de dossiers de conduite avec les facultés affaiblies qui figuraient sur le rôle du Palais de justice de Chicoutimi.

Au total, quinze accusés de conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool étaient convoqués devant les tribunaux, mardi, seulement dans le district de Chicoutimi. Le juge Paul Guimond a d’ailleurs déclaré plusieurs conducteurs coupables, ces derniers ayant accepté d’entériner des plaidoyers de culpabilité et ainsi remettre leur permis de conduire au tribunal.

Justice et faits divers

Deux introductions par effraction sur une même rue à Chicoutimi

Deux résidences de la rue des Roitelets à Chicoutimi ont été la cible de voleurs mardi. Les policiers ont reçu deux plaintes en matinée.

Dans les deux cas, la porte de la résidence a été défoncée. «On parle de vols de bijoux et d’appareils électroniques», précise Bruno Cormier, porte-parole du Service de police de Saguenay. 

Le service d’identité judiciaire a été dépêché sur place. Les policiers sont particulièrement à l’affût puisqu’une vague d’introductions par effraction touche Chicoutimi depuis quelques semaines. 

«Le secteur des Roitelets n’était pas problématique jusqu’à présent», signale Bruno Cormier. 

Depuis deux mois, une quinzaine d’introductions par effraction ont été répertoriées dans le secteur du boulevard Tadoussac et de la rue Saint-Émile à Chicoutimi-Nord.

«C’est beaucoup puisque c’est très rare les introductions par effraction sur le territoire», confirme Bruno Cormier. 

Rappelons qu’une invasion de domicile est aussi survenue samedi matin, vers 7h15, sur la rue Victor-Guimond à Chicoutimi. Dans ce dossier, les policiers ne révèlent aucun détail afin de ne pas nuire à l’enquête. Trois suspects sont toujours recherchés. 

Justice et faits divers

Procès d'un ex-raëlien coupable d’exploitation sexuelle: la victime témoigne

« J’étais dans une prison. Et les barreaux étaient la honte, la culpabilité et le dégoût de moi-même. » La victime de Camil Renaud, cet ex-raëlien qui a plaidé coupable à des chefs d’accusation de contacts sexuels, d’initiation à des contacts et d’exploitation sexuelle d’une adolescente de son entourage, a témoigné des graves conséquences qu’ont eues ses crimes sur sa vie, lundi matin, au Palais de justice de Chicoutimi. La victime, aujourd’hui âgée de 41 ans, mais qui avait 11 ans lorsque les premiers gestes ont été perpétrés, a déclaré que ce n’était plus à elle de porter le fardeau de la honte et qu’il était maintenant temps de s’en libérer.

« Je ne me trouvais pas belle et toi, tu me caressais pour me faire sentir belle », a raconté la dame, lorsqu’elle a accepté de témoigner sur les conséquences du crime en marge des observations sur la peine de Camil Renaud.

Justice et faits divers

Vol de plus de 150 000$ chez Alma Ford

Le concessionnaire Alma Ford a été la cible de voleurs, au cours de la fin de semaine. Deux camionnettes ont été dérobées samedi soir, un vol d’une valeur de plus de 150 000 $.

Les voleurs ont sectionné la chaîne qui empêche d’entrer dans la cour du concessionnaire, où sont rassemblés les véhicules neufs.

« Samedi soir, vers 19 h, un citoyen a alerté les policiers après avoir observé des choses louches. Il a vu deux camions sortir de la cour, raconte Patrice Simard, directeur général d’Alma Ford. Les policiers m’ont contacté vers 19 h 50. Pourtant, la cour est éclairée et on a des caméras de surveillance. »

Une camionnette Ford F-250 Lariat 2019 blanche et une camionnette F-150 Lariat grise foncée avec les roues noires ont été volées.

« C’est un vol d’une valeur de plus de 150 000 $, souligne Patrice Simard. C’est les deux véhicules les plus chers de la cour. »

M. Simard ne se souvient pas avoir vécu pareil vol par le passé. « On a déjà vu le vol d’un véhicule usagé de peu de valeur et de roues, mais de mémoire, pas de vol de ce genre. »

Du côté de la Sûreté du Québec, Hugues Beaulieu, porte-parole, confirme que les policiers se sont rendus sur place pour le vol de deux véhicules samedi soir. L’enquête se poursuit. 

Justice et faits divers

Un blessé grave dans un accident de motoneige à Chapais

Un jeune homme de 19 ans a été gravement blessé samedi soir, dans le secteur du lac David, à Chapais, après une collision en motoneige.

L’individu aurait été éjecté de l’engin et aurait été projeté contre les arbres bordant le chemin. Ce sont des amis qui l’attendaient pour pêcher qui, inquiets de ne pas avoir de ses nouvelles, ont contacté les policiers de la Sûreté du Québec. Le jeune homme a été transporté par avion-ambulance jusqu’à un centre hospitalier de la région de Québec, où l’on craint toujours pour sa vie. 

Une enquête a été ouverte par la Sûreté du Québec afin de déterminer les causes exactes de l’accident. 

Justice et faits divers

Trois suspects recherchés dans une invasion de domicile à Chicoutimi

Une personne a été blessée lors d’une invasion de domicile commise par trois individus cagoulés et armés samedi matin à Chicoutimi. Les policiers tentent toujours de retracer les suspects.

Trois individus dans la trentaine se sont introduits par effraction dans un logement situé au sous-sol d’une résidence de la rue Victor-Guimond, vers 7h15, afin de dévaliser l’endroit. 

Deux personnes, le locataire et sa copine, se trouvaient à l’intérieur du logement lors des événements. L’homme, qui a été «incommodé», selon les informations transmises par la lieutenante Sabrina Savard, du Service de police de Saguenay. Il a dû être transporté à l’hôpital pour y traiter des blessures mineures.

Sans pouvoir mentionner la nature des armes utilisées en raison de l’enquête en cours, la lieutenante Savard précise qu’il ne s’agissait pas d’armes à feu. Les trois individus se seraient enfuis à bord d’une petite voiture rouge.

Justice et faits divers

Les contraventions en chiffres à Saguenay

Le Progrès a demandé au Service de police de Saguenay (SPS) de comptabiliser le nombre de contraventions émises pour certains types d’infractions. Les données tiennent compte des billets donnés entre le 1er janvier 2019 et le 4 décembre 2019. Voici, sous la forme de capsules, les données recueillies pour la conduite sous l’effet de la drogue et de l’alcool, le cellulaire au volant, les excès de vitesse dans les zones de construction et le non-respect des feux intermittents ou du signal d’arrêt d’un autobus scolaire.

+

EXCÈS DE VITESSE DANS LES ZONES DE CONSTRUCTION : NÉGLIGENCE

• Nombre de constats : 1140

Les policiers de Saguenay sont très présents dans les zones de travaux afin d’assurer la sécurité des travailleurs. Cette année, au Québec, quelques travailleurs ont perdu la vie sur un chantier routier (la mort d’une signaleuse s’est ajoutée cette semaine), dont un dans la région, sur le boulevard du Saguenay.

Dans une zone de travaux, le montant des amendes est doublé, et si on ne respecte pas les ordres d’un signaleur routier, le montant de l’infraction peut atteindre entre 200 $ et 400 $ et quatre points d’inaptitude.

Le sergent Dominic Simard rappelle qu’il est pourtant très facile de voir les zones de travaux parce qu’elles sont très bien indiquées. « Et en plus, les policiers ne se cachent pas », précise-t-il, faisant notamment référence aux travaux sur le pont Dubuc qui sont maintenant terminés pour l’hiver.

Justice et faits divers

Deux frères de Saint-Ambroise n’ont plus peur l’un de l’autre

Les frères Bertrand et Robert Claveau, de Saint-Ambroise, ont convenu en cour qu’ils ne craignaient plus pour leur vie. Les hommes, âgés dans la soixantaine, avaient porté plainte l’un contre l’autre, en mai dernier, pour menaces. La situation était quelque peu délicate, puisque les deux frères sont voisins, mais vivent un conflit qui date de plusieurs années.

Messieurs Claveau habitent dans le même rang, à Saint-Ambroise. Mais ils ne se parlent plus depuis des années.

Justice et faits divers

Poursuite policière à Jonquière: l'accusé en prison

Yannick Boies passera les deux prochaines années au pénitencier, après avoir reconnu sa culpabilité à 29 chefs d’accusation, dont menaces envers les policiers, entrave, voies de fait armées, fuite, conduite avec les capacités affaiblies par la drogue, vol, introduction par effraction et conduite dangereuse. L’individu de 23 ans avait été arrêté au terme d’une poursuite policière qui s’était soldée par un accident, le 24 novembre dernier, à Jonquière.

Boies est devenu hors de lui lorsqu’il a compris qu’il se dirigeait vers le pénitencier, après avoir demandé au juge Richard P. Daoust quelques semaines de liberté surveillée chez lui pour dire au revoir à ses proches, ce qui lui a été refusé par le magistrat.

Justice et faits divers

Perquisition d’armes et de drogue à Jonquière: un homme accusé

Thomas Cloutier-Montpetit a été accusé de possession d’une arme qui avait été déclarée volée, vendredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi. L’individu de 20 ans a été arrêté à la suite d’une perquisition de drogue et d’armes, effectuée à sa résidence de Jonquière, jeudi. L’accusé reste détenu pour le moment et d’autres chefs d’accusation devraient s’ajouter d’ici la semaine prochaine.

Pour le moment, Thomas Cloutier-Montpetit, qui n’a aucun antécédent judiciaire, fait face à un seul chef, soit d’avoir eu en sa possession une arme obtenue illégalement, c’est-à-dire revolver de calibre .38. 

Chez lui, les agents du Service des projets spéciaux de Saguenay avaient également découvert de la cocaïne, du cannabis, de la codéine, du haschich et un 9mm de style mitraillette avec chargeur de 30 cartouches. 

L’individu, qui a passé la nuit de jeudi derrière les barreaux restera détenu au moins jusqu’au 10 décembre, alors qu’il subira son enquête sur remise en liberté. La procureure de la poursuite, Me Marie-Christine Savard a informé le tribunal que d’autres accusations seront déposées d’ici là.

Représenté par Me Julien Boulianne, Thomas Cloutier-Montpetit a plaidé non-coupable.

Justice et faits divers

Barrages routiers au Saguenay: deux arrestations et plusieurs constats d’infraction

Les automobilistes avaient été avertis, les policiers sont très présents sur les routes en cette période de festivités. Plus de 550 véhicules ont été vérifiés dans le cadre de deux barrages contre l’alcool et la drogue au volant tenus en simultané au Saguenay dans la nuit de jeudi à vendredi, ce qui a permis l’arrestation d’un conducteur sous l’influence de la drogue, de retracer un homme contre qui avait été émis un mandat d’arrestation et l’émission de plusieurs constats d’infractions.

Le Service de police de Saguenay, en collaboration avec la Sûreté du Québec et les contrôleurs routiers de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) se sont installés au coin du boulevard Martel et de la rue Fabien à Chicoutimi-Nord, ainsi qu’au coin de la route Madoc et de la rue White à Saint-Honoré dans le cadre d’une opération nationale concertée ciblant la capacité de conduite affaiblie par l’effet de l’alcool ou d’une drogue.

Entre 19h et 1h, environ 550 véhicules ont pu être vérifiés sur les deux sites. Un homme a été arrêté pour conduite avec les facultés affaiblies par la drogue. Un autre individu, âgé de 35 ans, a été arrêté. Un mandat avait émis contre lui puisqu’il avait omis de se présenter en cour au moment requis. 

Quinze conducteurs ont dû souffler dans l’appareil de détection approuvé (ADA). Du nombre, trois avaient consommé de l’alcool, mais respectaient la limite permise. 

Onze avertissements ont été émis pour des défectuosités techniques. Deux constats d’infraction ont été donnés pour des permis sanctionnés. 

D’autres barrages routiers du genre sont à prévoir au cours des prochaines semaines. 

Justice et faits divers

L’appel sur la peine de Patrice Michaud entendu en avril

L’appel sur la peine de l’agresseur sexuel Patrice Michaud sera entendu le 24 avril, à Québec. Selon la Couronne, représentée par Me Sébastien Vallée, la peine rendue par le juge Pierre Lortie n’est pas raisonnable, compte tenu des crimes commis. Me Vallée demande à ce que la sentence soit révisée.

Patrice Michaud, qui est âgé de 94 ans, a été reconnu coupable d’avoir touché et violé une enfant de 13 ans, dans les années 60, à plusieurs occasions. Il avait reconnu avoir eu des relations complètes avec la petite, et l’avoir forcée à lui toucher le pénis à de nombreuses reprises. Le nonagénaire avait été accusé 50 ans après les faits. Il avait près de 40 ans à l’époque.

Justice et faits divers

Côté et Villeneuve en attente, Frenette devant juge seul

L’ouverture du terme des assises criminelles de l’hiver 2019-2020 en Cour supérieure du Québec n’aura pas permis de déterminer beaucoup de dates de procès devant jury, mercredi, au Palais de justice de Chicoutimi. Une seule date est maintenant connue, soit celle du présumé agresseur sexuel Vincent Gagné, qui a été fixée au 26 février. Les autres détenus et prévenus en attente devront patienter jusqu’au prochain terme, le 8 avril, pour en savoir plus sur l’avancement de leur dossier, notamment les présumés meurtriers Karl-Emmanuel Villeneuve et Marc-Étienne Côté. Quant à l’ex-gardienne d’enfants Stéphanie Frenette, accusée de voie de fait grave à l’endroit d’un bambin, elle subira finalement un procès devant juge seul.

MARC-ÉTIENNE CÔTÉ