Justice et faits divers

Séquestration: de nouvelles accusations pour Cloutier

Coaccusés dans une affaire d’enlèvement et de séquestration qui serait liée au règlement d’une dette de drogue, Tommy Bouchard et Tommy Cloutier devront attendre à vendredi avant de subir leur enquête de remise en liberté, puisque de nouvelles accusations ont été déposées mardi, au Palais de justice de Chicoutimi, notamment possession de drogue en vue d’en faire le trafic.

Cloutier, 28 ans, a été accusé d’avoir eu en sa possession de l’argent criminellement obtenu, directement ou indirectement, et ce, en toute connaissance de cause. On lui reproche également d’avoir possédé des drogues, dont du cannabis, pour en faire la vente. Ces trois chefs s’ajoutent à ceux d’enlèvement, de séquestration, de voies de fait causant des lésions corporelles, de menaces et d’extorsion, pour lesquels il a comparu jeudi dernier.

Justice et faits divers

Un homme fait une chute de plusieurs mètres

Un homme qui faisait de l’escalade a fait une chute d’une quarantaine de pieds mardi matin à Petit-Saguenay. Il a dû être transporté au centre hospitalier pour soigner des blessures en apparence mineures.

Un homme qui faisait de l’escalade a fait une chute d’une quarantaine de pieds, mardi matin, à Petit-Saguenay. Il a dû être transporté au centre hospitalier pour soigner des blessures en apparence mineures. Les pompiers de la Régie intermunicipale de sécurité incendie du Fjord et les ambulanciers, de même que les agents de la Sûreté du Québec ont été appelés sur le chemin Saint-Louis à Petit-Saguenay vers 8 h, mardi. Selon Radio-Canada, il est tombé à 3 h du matin et a dû attendre les secours durant cinq heures. « Un homme dans la fin de la quarantaine a fait une chute. Comme il faisait de l’escalade avec un ami, celui-ci a pu appeler les services d’urgence. Les pompiers et les ambulanciers sont intervenus dans un endroit difficile d’accès », confirme Hugues Beaulieu, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Justice et faits divers

État mental à évaluer

Accusé de possession d’armes prohibées et de trafic de cocaïne, Karl-Emmanuel Villeneuve sera évalué psychologiquement avant de pouvoir comparaître au Palais de justice de Chicoutimi vendredi, puisqu’il ne semble pas comprendre la gravité d’une potentielle accusation de meurtre, selon son avocat.

Le jeune homme de 20 ans, sans antécédent criminel, est suspecté du meurtre d’Alexandre Larouche, 22 ans, retrouvé mort dans une résidence de Chicoutimi-Nord au début du mois. Villeneuve a été arrêté mercredi dernier par la Sûreté du Québec lors d’une perquisition à Chicoutimi et il a comparu une première fois le lendemain pour possession illégale d’un fusil de calibre 12 tronçonné et d’un pistolet de calibre .45. S’ajoutent maintenant aux chefs d’accusation la possession d’un silencieux, un dispositif prohibé, vers le 8 août, et le trafic de cocaïne entre le 1er juin 2018 et le 8 août.

Selon son avocat, Me Jean-Marc Fradette, il y a des antécédents de schizophrénie dans la famille de Villeneuve. « C’est une maladie assez importante et étant donné que lui-même a déjà reçu des soins dans le domaine de la santé mentale, c’est important de vérifier s’il est capable de comparaître », précise le criminaliste. Ce dernier a eu des doutes supplémentaires lors des discussions avec son client. Le fait que le jeune homme se présente souriant au tribunal pourrait être un signe de son incompréhension.

« Pour une accusation aussi grave qui pèse au-dessus de sa tête, ça peut sembler particulier et montrer que l’accusé ne réalise pas ce qui se passe », admet l’avocat de la défense.

Le médecin pourrait conclure qu’avec des médicaments, Villeneuve sera en mesure d’aider son avocat à prendre les décisions qui s’imposent. Ou encore, il pourrait en venir à un verdict d’inaptitude à comparaître et à subir son procès. Le Code criminel prévoit des procédures jusqu’à ce que l’accusé en soit capable, explique Me Fradette.

Le juge de la Chambre criminelle et pénale Richard P. Daoust, de la Cour du Québec, a donc accepté la requête et a ordonné qu’un médecin évalue l’accusé, estimant qu’il y avait des motifs raisonnables pour le faire. « Nous ne sommes pas médecins ni l’un ni l’autre », a-t-il répondu au procureur. Du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Mélanie Paré a consenti.

« Je ne peux pas évaluer les conversations de Me Fradette avec son client, déclare-t-elle. Dans la vidéo de l’interrogatoire avec les policiers de la Sûreté du Québec, monsieur a eu des propos qui pouvaient me laisser penser que cette demande allait survenir éventuellement, c’est donc sans grande surprise que la demande a été faite ce matin [mardi]. »

Sans histoire

À 20 ans, Karl-Emmanuel Villeneuve était « jusque-là sans histoire », raconte son avocat. Le jeune homme occupait deux emplois et travaillait « 50, 60 heures par semaine ».

À son arrivée au palais de justice avec les autres détenus, l’accusé a présenté ses majeurs aux membres des médias et affichait un grand sourire. Ce ne serait pas de la fierté, selon Me Fradette. 

« J’associe ça à la situation qu’il vit et à de l’incompréhension. On a besoin de voir s’il a les deux pieds bien sur terre. »

Justice et faits divers

Accident mortel de VTT: identité dévoilée

L’identité de l’homme qui a perdu la vie dimanche après avoir fait une embardée en véhicule tout-terrain sur les monts Valin a été dévoilée. Il s’agit de Larry Chambers, 73 ans, de Chicoutimi.

L’accident a été signalé à la Sûreté du Québec vers 12 h 45 dimanche. À l’arrivée des secours, l’homme était en arrêt cardio-vasculaire depuis plusieurs heures. L’accident serait survenu dans le secteur du kilomètre 67 du chemin de la Zec Martin-Valin. Le sentier où se trouvait la victime n’était pas accessible en ambulance.

Larry Chambers, un ancien tireur d’élite de la Sûreté du Québec, était un bénévole de longue date au sein de l’Association chasse et pêche de Chicoutimi. Le Quotidien l’avait d’ailleurs rencontré à l’automne 2017, lors de la réalisation d’un reportage portant sur les activités du champ de tir de Saint-Honoré. 

L’avocat Claude Gaudreault, qui est président de l’Association, connaissait M. Chambers depuis plusieurs années. Il a été secoué par le départ soudain de l’ancien policier. Les deux hommes se sont vus samedi dernier, alors qu’ils s’affairaient à préparer l’ouverture du champ de tir en vue de la prochaine saison. 

Justice et faits divers

Deux personnes secourues sur l’îlet à La Baie

Deux personnes ont dû être secourues par les pompiers de Saguenay après avoir été surprises par la marée montante et s’être retrouvées prisonnières de l’îlet, petite île de la baie des Ha ! Ha ! qui se trouve près du secteur de Grande-Baie.

Les pompiers de la Sécurité incendie de Saguenay ont déployé leur canot pneumatique Zodiac afin de venir en aide aux deux personnes qui ont réalisé, vers 15 h 30, que l’eau avait recouvert la plage qui donne accès à la petite île, à marée basse.

Cinq pompiers ont été mobilisés, en plus de pompiers de Chicoutimi qui ont dû assurer la couverture incendie du secteur de La Baie pendant le sauvetage, a indiqué le chef aux opérations Sébastien Blackburn. Les deux personnes étaient en bonne santé après leur mésaventure.

Ce n’est pas la première fois que des personnes se retrouvent prisonnières de la petite île, qui est un lieu apprécié des amoureux. En septembre 2011, deux tourtereaux avaient dû être secourus par les pompiers après avoir été surpris par la marée.

À Chicoutimi

Peu avant, la marée a également surpris une dame, à Chicoutimi, près du barrage Price, dans le quartier du Bassin. Elle marchait sur le rivage, près du site historique du Poste de traite de Chicoutimi, situé à l’embouchure de la rivière Chicoutimi.

L’intervention des pompiers n’a pas été nécessaire dans ce cas, a précisé le lieutenant de la Sécurité publique de Saguenay, Stéphane Pellerin. La dame a pu regagner la terre ferme par elle-même. Plusieurs citoyens, qui l’ont vu faire, inquiets, avaient contacté les services d’urgence.

Le lieutenant Pellerin invite d’ailleurs les marcheurs à la prudence. « On rappelle aux gens de faire attention, la marée peut les surprendre. Ce ne sont pas les premiers événements du genre », a-t-il souligné, sur la boîte vocale dédiée aux médias.

Rappelons que l’horaire des marées peut être consulté sur le site de Pêches et Océans Canada, au www.marees.gc.ca.

Justice et faits divers

Une embardée mortelle à VTT sur les monts Valin

Un homme de 70 ans a perdu la vie après avoir fait une embardée en véhicule tout-terrain (VTT), sur les monts Valin, dimanche.

L’accident a été signalé vers 12h45 à la Sûreté du Québec (SQ), qui avait alors reçu comme seules informations que l’homme était inconscient et blessé gravement. 

À l’arrivée des secours sur les lieux, l’homme se trouvait en arrêt cardio-vasculaire depuis plusieurs heures, a indiqué dimanche soir Alex Huard, superviseur à Saguenay pour la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec. L’homme a été transporté à l’hôpital de Chicoutimi en fin de soirée, où son décès a été officiellement constaté.

Les ambulanciers ont dû parcourir une centaine de kilomètres, des lieux de l’accident à l’hôpital. Le sentier où l’homme a été retrouvé n’était pas accessible en ambulance, ce qui a compliqué l’intervention des ambulanciers, qui ont dû se rendre en forêt en convoi avec des policiers de la SQ.

Selon les informations du Quotidien, l’accident serait survenu dans le secteur du kilomètre 67 du chemin de la Zec Martin-Valin, dont l’accès est situé en bordure de la route 172, entre Saint-Fulgence et Sainte-Rose-du-Nord. L’accident se serait produit à l’extérieur du territoire de la zec, près du pont de la rivière Tagi.

Du côté de la Sûreté du Québec, aucune nouvelle information n’était disponible dans ce dossier en fin de soirée, dimanche, peu avant 23h. Le décès ne pouvait être confirmé par la porte-parole Christine Coulombe, qui n’avait pas eu de contacts avec l’équipe de la SQ, qui se trouvait toujours sur les lieux. Les agents ont dû terminer leur route à VTT pour accéder à la scène d’accident.

Justice et faits divers

Une disparition connaît une fin heureuse

Le pire a été évité, samedi matin, dans le rang Saint-Antoine du secteur Jonquière. Un homme de 37 ans provenant d’Arvida, qui était porté disparu depuis la veille, a été retrouvé sain et sauf.

La disparition a été signalée à la  Sécurité publique de Saguenay par des membres de la famille de l’individu qui manquait à l’appel. 

Selon Jean-François Imbeault, lieutenant à la SPS, le disparu était « dans un état mental perturbé au moment de sa disparition. » Les policiers ont ensuite retracé son véhicule dans le secteur du rang Saint-Antoine pendant la nuit.

Les recherches terrestres ont débuté samedi matin. Elles ont été effectuées par des policiers à pied et en véhicule tout terrain.

Vers midi, un policier a retrouvé le disparu, près de l’endroit où était stationné son véhicule. Il était toujours perturbé quand il a été retrouvé.

L’individu, qui est sain au sauf au moment d’écrire ces lignes, a été pris en charge par les services d’urgence, qui lui ont donné les soins nécessaires.

Justice et faits divers

Un récidiviste de l'alcool au volant arrêté à La Baie

Un homme de 74 ans, qui est un récidiviste de l’alcool au volant, a été arrêté dans tôt samedi matin pour conduite avec les facultés affaiblies.

L’homme s’est fait pincer à La Baie, vers trois heures du matin. Selon le lieutenant Jean-François Imbeault, de la Sécurité publique de Saguenay, l’individu âgé de 74 ans a soufflé près de deux fois la limite permise par la loi,

« L’homme était déjà sous un interdit de conduire national dans un dossier [relatif] à une autre faculté affaiblie », précise le lieutenant Imbeault de la SPS.

L’homme, après son arrestation, a comparu par téléphone samedi matin. Il devrait comparaître au Palais de justice de Chicoutimi dans la journée lundi.

Justice et faits divers

Tommy Bouchard accusé d’enlèvement et séquestration

Tommy Bouchard, le jeune homme arrêté au Palais de justice de Chicoutimi jeudi en fin de journée, a comparu vendredi matin. Il se trouvait près de la salle d’audience pour assister à la comparution de ce qui est devenu son coaccusé, Tommy Cloutier, lorsqu’il s’est fait passer les menottes par les policiers.

Cinq chefs d’accusation pèsent contre le Jonquiérois de 20 ans, dont enlèvement avec intention de séquestrer ou d’emprisonner contre son gré une personne, ainsi que séquestration et menace de causer la mort ou des lésions corporelles. Il aurait aussi tenté de forcer la victime à payer une somme d’argent par des menaces ou la violence. Bouchard a aussi deux chefs de voies de fait qui pèsent contre lui. 

Les événements qui ont mené aux accusations remontent au samedi 4 août.

Il est possible que d’autres accusations s’ajoutent lors de sa prochaine apparition en salle d’audience. Il reste pour l’instant derrière les barreaux au centre de détention de Roberval. 

Il a comparu devant le juge de la Cour du Québec, Pierre Simard, qui a accepté de remettre la cause à mardi prochain à la demande de l’avocat de la défense. Il a aussi ordonné que l’accusé n’entre pas en communication avec cinq personnes, incluant son coaccusé, Tommy Cloutier, ainsi que leur victime, pendant son incarcération.

Rappelons qu’il a été arrêté jeudi après-midi alors qu’il attendait la comparution de Tommy Cloutier en salle 2.10 vers 15 h. Il n’a cependant pas résisté à son arrestation et n’essayait pas de fuir les agents de la paix, a expliqué son avocat, Me Julien Boulianne.

Justice et faits divers

Facultés affaiblies: deux hommes arrêtés à Saguenay

Deux automobilistes ont été arrêtés par les policiers de la Sécurité publique de Saguenay pour conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool dans la nuit de jeudi à vendredi.

Un premier individu a été intercepté vers 23h. Les policiers ont suivi l’homme qui avait une conduite erratique. Il a échoué au test d’ivressomètre avec un taux de 120 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang.

Un second individu a été intercepté vers 2h après avoir reculé avec son véhicule dans un autre véhicule stationné au Dooly’s du boulevard Talbot à Chicoutimi. L’homme a tenté de se sauver, mais il a été rattrapé par les policiers et a dû se soumettre au test d’ivressomètre. Il a soufflé près de 200 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang.