Journée nationale de l'audition: des tests gratuits offerts

L’audition figure parmi les sens importants permettant de prendre conscience de notre environnement.

C’est pourquoi se tient mercredi la Journée nationale de l’audition du Québec, une activité qui permet au public de la région de recevoir gratuitement, pendant tout le mois dans certains cas, des examens de l’ouïe auprès de huit entreprises spécialisées en audiologie au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Selon Serge Landry, audiologiste au sein du Groupe Forget, la Journée nationale de l’audition (JNA) a lieu pour une deuxième édition dans la région. Elle est le fruit du travail d’un organisme sans but lucratif qui a pour mission de faire reconnaître l’importance de l’audition et son influence sur la santé globale de la population. « L’an dernier, la JNA a connu un franc succès auprès du grand public », a indiqué M. Landry.

Cette année, le thème principal de la JNA porte sur l’acouphène, un phénomène que subissent de nombreuses personnes en perte d’audition. « Un acouphène peut cacher de nombreux symptômes de maladies. Nous avons répertorié 55 causes dans lesquelles nous pouvons faire un suivi, traiter ou corriger l’acouphène avec des interventions de professionnels comme des audiologistes, audioprothésistes, otorhinolaryngologistes ainsi qu’un neuropsychologue qui vient de se joindre à nous », explique M. Landry. 

M. Landry ajoute qu’entre 10 et 12 % de la population souffre d’acouphène, dont 1 à 2 % de façon sévère.

Selon lui, il s’agit d’un phénomène à ne pas négliger, puisque l’acouphène peut être source de stress, de développement de la colère, d’insomnie et d’isolation sociale, d’où l’importance d’être traité par un professionnel spécialisé. 

Même si la majorité des gens l’ignore, la diminution de l’audition implique de plus grandes conséquences que le simple fait d’augmenter le volume de la télévision. L’isolement, la dépression et le risque accru de développer une forme de démence n’en sont que quelques exemples, puisqu’une perte d’audition peut contribuer à la détérioration de certaines zones du cerveau.