L’événement marquait le premier jour du Souvenir du colonel Normand Gagné, en poste depuis peu dans de nouvelles fonctions.

Jour du Souvenir: la 3e Escadre de Bagotville se souvient

Plusieurs centaines de militaires et de civils se sont réunis, lundi matin, jour du Souvenir, à la Base militaire de Bagotville, pour honorer la mémoire des soldats canadiens tombés au combat.

Militaires, civils, membres de la scène politique et surtout vétérans de l’armée ont écouté l’allocution de l’adjudant-chef Pascal Turcotte, qui a rendu hommage aux vétérans, insistant sur le coût de la liberté et le courage de ceux qui la défendent.

Deux vétérans de la Seconde Guerre mondiale étaient présents, lors de la commémoration.

L’adjudant-chef Turcotte a rappelé que l’Armistice n’était pas « un monument à la guerre, mais le symbole d’un idéal auquel nous aspirons tous ». L’émotion était palpable dans la salle lorsqu’il a souligné le travail de la capitaine Nichola Goddard, première militaire à tomber au combat, soit en Afghanistan, en mai 2006. M. Turcotte a rappelé que, questionnée par son père sur ses motivations quant à son rôle militaire, Nichola Goddard aurait répondu : « Je fais ce que je fais pour que tu puisses faire ce que tu fais. »

Les célébrations ont été marquées par deux minutes de silence, symboliquement tenues à 11 h, le 11e jour du 11e mois. À la fin de la cérémonie, plusieurs couronnes ont été déposées au pied d’un monument représentant un vétéran. La mairesse de Saguenay, Josée Néron, et les députés fédéraux Mario Simard (Bloc québécois) et Richard Martel (Parti conservateur du Canada) étaient présents à l’événement et ont tous participé au dépôt des couronnes. En entrevue après la cérémonie, le colonel Normand Gagné a souhaité remercier les vétérans et leur famille pour leur sacrifice, rappelant qu’il est possible d’honorer le souvenir et la démocratie au quotidien. « Il faut seulement se rappeler à quel point on est chanceux en tant que Canadiens. Le fait qu’on a la liberté remonte à des centaines d’années, parce qu’il y a des gens qui se sont sacrifiés pour cette liberté. »

La cérémonie du jour du Souvenir s’est déroulée, lundi, devant plusieurs centaines de personnes, militaires et civils confondus.

pas de représentant des premières nations

Aucun représentant autochtone ne se trouvait sur place lors de la cérémonie. Questionné à ce sujet, l’adjudant-chef Pascal Turcotte a sous-entendu un malentendu au niveau de l’organisation de l’événement, expliquant avoir été absent lorsque les invitations ont été envoyées. Il a toutefois souligné la participation des membres des Premières Nations, mentionnant que plusieurs soldats actifs de l’armée sont membres de communautés autochtones, et a précisé qu’il s’assurerait de la présence d’un membre des Premières Nations lors de la prochaine cérémonie.

Selon le site des Anciens Combattants, plus de 7000 membres des Premières Nations ont servi au cours des deux conflits mondiaux ainsi que pendant la guerre de Corée, de même qu’un nombre inconnu d’Inuits, Métis et autres Autochtones. Aux dires d’un groupe d’anciens combattants autochtones, environ 12 000 membres des Premières Nations auraient combattu lors des trois conflits. De ce nombre, 4000 auraient participé à la Première Guerre mondiale. Étant exclus de la conscription, les membres des Premières Nations qui ont participé au combat actif l’ont fait sur une base entièrement volontaire.

Il a été impossible d’obtenir les commentaires du Conseil de bande de Mashteuiatsh, les bureaux étant justement fermés en raison du jour de Souvenir.