Accompagnée de quelques candidats, la chef de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron, a tenu son point de presse devant l'église Sainte-Anne à Chicoutimi-Nord, avec en arrière-plan les jeunes de l'école primaire des Quatre-vents jouant au soccer lors de leur récréation.

Josée Néron veut s'inspirer de Sherbrooke

La chef de l'Équipe du renouveau démocratique et candidate à la mairie, Josée Néron, entend s'inspirer de Sherbrooke pour faire de Saguenay une véritable ville étudiante si elle est élue le 5 novembre prochain.
« La Ville doit s'asseoir avec les institutions pour pouvoir attirer de nouveaux étudiants. On peut s'inspirer d'une ville cousine, Sherbrooke. On sait que Sherbrooke a fait du concept de ville étudiante, un créneau », a-t-elle indiqué en disant que l'Université de Sherbrooke compte désormais 40 000 étudiants, contre 7000 pour l'Université du Québec à Chicoutimi.
La mesure la plus connue de la capitale des Cantons-de-l'Est est le transport en commun gratuit pour les étudiants des cégeps et universités. Josée Néron voudrait faire la même chose en instaurant un laissez-passer d'autobus universel pour les étudiants, dont le prix serait inclus dans les frais d'inscription. Elle entend toutefois le faire en collaboration, notamment avec le Centre alternatif de déplacement urbain du Saguenay (CADUS), la Société de transport du Saguenay (STS) et les institutions d'enseignement. Fait à noter, il n'existe plus d'entente actuellement entre la STS et les commissions scolaires De La Jonquière et des Rives-du-Saguenay ainsi qu'avec le Cégep de Jonquière. C'est de là notamment que découle la disparition du titre de transport pour les étudiants âgés de 18 ans et plus.
Selon la candidate, Saguenay a trop souvent ignoré les demandes des maisons d'enseignement. « À chaque fois qu'elles sont venues cogner à la porte, il y avait une chaise vide. On ne semblait pas intéressée à développer avec ces gens-là », a-t-elle lancé lors de son point de presse, tenue devant l'église Sainte-Anne à Chicoutimi-Nord, avec en arrière-plan les jeunes de l'école primaire des Quatre-vents jouant au soccer lors de leur récréation.
En 2013, le maire actuel, Jean Tremblay, avait tenu des propos semblables lors de la campagne électorale, voulant faire de Saguenay une ville universitaire. « Nous pourrions voir une hausse considérable des étudiants ici aussi. Une université forte, c'est fondamental. Ça fait en sorte que la ville se développe aussi », avait-il déclaré au Cercle de presse, en faisant lui aussi un parallèle avec Sherbrooke. Il avait même avancé que des services de l'UQAC pourraient être transférés sur la rue Racine. Cette promesse ne s'est jamais concrétisée.
Josée Néron s'est dite surprise, dernièrement, lorsqu'elle a appris que Saguenay n'offrait pas de programme de stages. Elle entend aussi développer plus d'équipements sportifs d'envergure. « J'ai été estomaquée quand j'ai appris que quand on n'a pas d'installations sportives, des étudiants choisissent d'aller ailleurs », a-t-elle enchaîné. L'ERD promet aussi la création d'une bourse qui serait remise à un étudiant qui fait des recherches dans un domaine lié à la ville.