La mairesse de Saguenay, Josée Néron.
La mairesse de Saguenay, Josée Néron.

Josée Néron se défend de vouloir museler l’opposition

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
La mairesse de Saguenay Josée Néron se défend de vouloir museler l’opposition lors des séances du conseil municipal, mais juge que le citoyen Jimmy Voyer adopte un comportement qui n’a aucune commune mesure avec le ton généralement employé par les autres contribuables qui posent des questions.

En point de presse jeudi, la mairesse a de nouveau confirmé que les bandes des enregistrements des séances du conseil municipal ont été soumises aux procureurs des assureurs de l’Union des municipalités du Québec (UMQ). Elle considère qu’il y a lieu d’analyser les commentaires de ce citoyen qui s’identifie à Alliance Saguenay, le parti dirigé par le candidat défait à la mairie Dominic Gagnon.

La mairesse et certains membres du conseil ont de nouveau croisé le fer avec Jimmy Voyer, lors de la dernière séance. Ce dernier demandait à la mairesse des explications sur les travaux réalisés sur les rues Jacques Cartier et du Berger. Il a laissé entendre dans ses interventions que Mme Néron a été favorisée par les services municipaux puisque la clinique médicale de son conjoint, qui est en fait l’entreprise familiale, est située à l’angle de ces deux rues.

Depuis le début de cette saga, la mairesse se défend bien d’avoir fait des pressions pour obtenir des travaux devant sa propriété. Elle a de nouveau expliqué que la rue du Berger avait le classement 4, c’est-à-dire la plus mauvaise cote révisée chaque année par les travaux publics.

Interrogée à savoir si Jimmy Voyer faisait preuve d’une forme de violence verbale dans ses interventions, la mairesse est demeurée prudente. Elle a toutefois assuré qu’il n’était pas question que des personnes adoptent des comportements dans l’objectif d’intimider les membres du conseil et elle attend la conclusion des procureurs de l’UMQ avant de se prononcer.

En plus des questions, la mairesse déplore le fait que Jimmy Voyer émette des commentaires à partir de son siège, comme celui fait mardi soir à l’endroit du conseiller Jean-Marc Crevier. Jimmy Voyer laissait entendre que le conseiller jonquiérois venait à peine de se réveiller.

Lors de cette prise de bec, Josée Néron a affirmé que Jimmy Voyer était d’une certaine façon le messager de M. Ghislain Harvey, l’homme fort du régime de l’ex-maire Jean Tremblay. Le chef d’Alliance Saguenay, Dominic Gagnon, a confirmé s’entretenir avec Ghislain Harvey.

Selon les déclarations de Dominic Gagnon sur les ondes de Radio-Canada, il est inconcevable que la mairesse menace de poursuivre un citoyen alors que ce dernier ne fait que poser des questions légitimes. Il rappelle que la rue Jacques-Cartier est un véritable champ de mines à l’exception du tronçon situé à l’avant de la résidence de la mairesse.