Selon la présidente de la Corporation d’administration du site de la Consol (CASC), Aline Lavoie, Josée Néron aurait «écarté» leur projet.

Josée Néron écarterait le projet, selon la CASC

Selon la présidente de la Corporation d’administration du site de la Consol (CASC), Aline Lavoie, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, écarterait le projet citoyen et aurait demandé aux fonctionnaires de concocter un nouveau projet dans l’éventualité où la cession du terrain de l’ancienne usine baieriveraine venait à se concrétiser avec Produits forestiers Résolu.

C’est ce qui ressort de l’assemblée générale annuelle de la CASC qui s’est tenue mardi soir à la salle des Moose de La Baie en présence d’une cinquantaine de citoyens et de quelques politiciens.

« Nous avons rencontré la nouvelle équipe d’élus en novembre dernier. Madame la mairesse Josée Néron semblait favorable à notre projet. Elle a demandé aux fonctionnaires de la Ville une analyse de l’implantation du projet. Après le dépôt du rapport, la position s’est modifiée et le projet que nous avons élaboré a été écarté. Mme Néron a alors demandé aux fonctionnaires de préparer un nouveau projet », a indiqué Mme Lavoie, en faisant la lecture de son rapport annuel de présidente.

Selon la présidente, le financement de leur projet serait presque assuré. En tant qu’organisme à but non lucratif, ils auraient droit d’obtenir des subventions de Québec et Ottawa jusqu’à hauteur de 80 %. Le projet est évalué à 7,5 M $. La CASC reçoit des messages positifs des deux paliers de gouvernement pour des subventions d’un total de 6M $. Pour ce qui est du 1,5 M $ restant, il serait déjà en grande partie trouvé auprès d’investisseurs privés, qui ne peuvent s’avancer publiquement tant que le dossier de la cession du terrain et de son utilisation n’est pas réglé.

C’est en étudiant les subventions disponibles que la CASC a réalisé qu’elle n’aurait droit à aucune somme pour la construction d’une rampe de mise à l’eau et d’un quai flottant. Il n’y aurait que Saguenay qui pourrait aller chercher jusqu’à 90 % du coût. C’était l’esprit de la proposition initiale à la Ville, à savoir que Saguenay aurait géré ces deux équipements, laissant à la CASC le champ libre pour réaliser son projet qui comprend notamment un pavillon d’accueil, une piste cyclable et trois entrepôts servant aux partenaires privés, louant des kayaks et autres équipements nautiques.

Plus tôt en journée, Le Quotidien avait demandé la position par écrit de la Ville. « En ce qui concerne le terrain de la CASC, notre intention de donner le terrain à la population est bien réelle. Des discussions ont lieu avec Produits forestiers Résolu et avec la CASC pour voir de quelle façon on peut le faire. Nous évaluons les différentes options qui s’offrent à nous. Cependant, à ce stade-ci, nous ne sommes pas prêts à faire d’annonce », s’était limitée à transmettre Cindy Girard, l’attachée de presse de la mairesse de Saguenay.

Présent à l’assemblée, c’est le conseiller municipal Martin Harvey qui a dû s’expliquer sur la position de l’administration. « Au niveau financier, on avait beaucoup de choses sur la table quand on a pris le pouvoir. On ne veut pas dire que le projet est enterré, mais on se met un cinq ans pour le réaliser. C’est là où on est rendu », avait lancé le conseiller aux personnes présentes, suscitant une certaine colère chez plusieurs. Des membres du comité disaient ne pas comprendre la position de la Ville qui aurait peu d’argent à investir dans le projet, alors que la CASC serait prête de son côté à investir les 7,5 M $ nécessaires. En entrevue après l’assemblée, il a tenu à dire que les portes n’étaient pas fermées du côté de la mairesse et que des annonces dans le dossier viendraient dans les semaines et mois à venir.

« Ç’a été très décevant, a dit Mme Lavoie au Quotidien à propos de la dernière rencontre avec Mme Néron. Elle m’a dit ‘‘On ne vous approuve pas et je demande aux fonctionnaires de refaire un projet’’. »

Par ailleurs, cinq administrateurs ont accepté un nouveau mandat, soit Pierre Lavoie, Dominic Gagnon, Carol Gagné, Laurier Tremblay et Éric Dufour. Alexis Leblanc s’est joint à eux.