Josée Néron, mairesse de Saguenay, était l’invitée du Cercle de presse du Saguenay, mercredi.

Josée Néron défend les grands projets

La mairesse Josée Néron continue d’appuyer les grands projets comme ceux de GNL Québec (Énergie Saguenay), Métaux BlackRock et Arianne Phosphate. Elle compte les défendre devant toutes les critiques des environnementalistes et, surtout, elle n’entend pas se faire dicter la façon de faire par des gens de l’extérieur du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Cependant, si le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) rejette le projet de GNL Québec pour des raisons environnementales, la mairesse de Saguenay passera à autre chose.

Invitée au Cercle de presse du Saguenay, mercredi, pour dresser le bilan de ses deux premières années à la tête de la ville, la mairesse de Saguenay s’est à nouveau prononcée sur les projets qui pourraient contribuer au développement économique de la région.

« Nous faisons face à des défis. Il suffit de penser à la rareté de la main-d’oeuvre, qui n’est pas que chez nous, à la démographie, surtout avec les dernières statistiques, et la mise en veilleuse des projets d’AP60 et de l’usine de billettes chez Rio Tinto. »

« Et il y a les gouvernements qui ont choisi de financer un projet d’études de QcRail, qui mettrait carrément la région sur la voie d’évitement », précise Mme Néron.

En plus des défis auxquels elle doit faire face, il y a aussi tous les commentaires en provenance des grands centres sur la façon dont les choses devraient se passer à Saguenay.

Josée Néron ne laissera personne lui dire quoi faire, surtout pas des gens de l’extérieur.

« On assiste depuis plusieurs mois à une mobilisation contre les projets comme celui d’Énergie Saguenay. Je vous dis que pour notre avenir, ce n’est pas à des gens de l’extérieur de nous dire quoi faire chez nous. On est des gens brillants, on est des gens sérieux, des bâtisseurs. On connaît notre région et on sait quoi développer chez nous. »

« Je réponds aux gens de l’extérieur que nous sommes maîtres chez nous, que nous n’avons pas à obtenir la permission de qui que ce soit pour décider la façon dont on doit développer notre région, surtout que nous sommes conscients de nos forces et de nos faiblesses », ajoute-t-elle, d’autant plus que les citoyens et les élus de Saguenay sont derrière les grands projets et que ce serait une occasion de rapatrier des milliers de Bleuets qui sont partis.

Mme Néron rappelle que les projets de BlackRock et d’Ariane Phosphate ont passé l’étape du BAPE et a confiance qu’Énergie Saguenay y parvienne aussi après les améliorations apportées au projet.

Rio Tinto

Questionnée sur la mise sur la glace de deux projets d’investissements de Rio Tinto à Jonquière (AP60) et à Alma (billettes), Josée Néron considère qu’il faut travailler ensemble pour s’assurer que les dossiers avancent.

« On se doit de travailler en région avec les autres élus. Dans le passé, on a voulu utiliser l’esprit de clocher, le Saguenay contre le Lac-Saint-Jean, et ça n’a rien donné. Depuis que je suis en poste, je me suis rassise avec les gens du Lac et ça a créé une belle synergie. »

« J’ai appelé Marc Asselin (maire d’Alma) dès le lendemain de l’annonce. Je crois que je l’ai sorti du lit, mais il était bien heureux que je l’appelle, car c’est la première fois qu’il recevait un appel de Saguenay. Nous allons nous rencontrer la semaine prochaine afin d’analyser ce dossier », a conclu Mme Néron.

+
BEAUCOUP DE TRAVAIL EN DEUX ANS

Josée Néron aimerait bien avoir réalisé plus de travaux routiers ou d’améliorations des édifices municipaux depuis son entrée en poste, mais elle avoue ne pas avoir eu le temps de tout faire en l’espace de deux ans.

Même si elle n’aime pas revenir sur l’administration précédente, la mairesse Néron déplore tout de même qu’elle n’avait eu aucun bilan des infrastructures de Saguenay à son arrivée dans le grand bureau de l’hôtel de ville.

« Le constat que nous avons fait à notre entrée en poste, c’est qu’il y avait un manque de planification. On n’a rien. Aucun rapport sur l’état des choses, sur les infrastructures, même si je peux confirmer que rien ne va tomber. Nous n’avions aucun état de santé. »

« Tout est à faire. Et je veux juste rappeler que ça ne fait que deux ans que nous sommes en place. Et déjà nous en avons fait beaucoup. On a travaillé extrêmement fort. Mais avec mon bagage de gestionnaire, pour la planification, j’aime savoir d’où l’on part et où l’on va. J’aurais aimé avoir au moins un bilan pour savoir ce que nous aurions à faire », indique Mme Néron.

Celle-ci entend faire le bilan des travaux réalisés et de ceux à venir.

Zone ferroviaire

Au sujet de l’amphithéâtre de la zone ferroviaire, elle confirme que les démarches ont été entreprises pour concrétiser le financement du projet et que la consultation faite auprès des citoyens a été productive.

Sondage

Josée Néron a pris connaissance du sondage de KYK-FM sur le taux de satisfaction des citoyens de Saguenay sur son administration. Sur l’ensemble du territoire, des 300 personnes sondées, 51 pour cent des gens se disent satisfaits, mais il y a un fort pourcentage d’insatisfaction à Jonquière et à La Baie.

« C’est un beau message pour notre administration. Nous avons remonté la pente (par rapport au printemps), mais ça nous dit qu’il y a encore des efforts à faire. Pour ce qui est de La Baie et de Jonquière, à l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), nous allons communiquer avec les gens, améliorer le message. L’avantage d’avoir une équipe, c’est que l’on peut travailler plusieurs mois à l’avance sur la prochaine élection. »

Sur l’amphithéâtre, 48 pour cent des Saguenéens sont favorables au projet d’un amphithéâtre de 4000 places sur la zone ferroviaire, de 350 stationnements à l’autogare et d’une tour de condos.

Mais le portrait est différent pour les arrondissements. Chicoutimi l’appuie à 59 pour cent, contre 39 pour cent à Jonquière et 36 pour cent à La Baie. De plus, 81 pour cent des sondés doutent que le budget de 60 M$ puisse être respecté. Finalement, 32 pour cent des citoyens estiment que le projet est essentiel au développement de la ville.

Salaire

Sur les augmentations de salaire des élus, Josée Néron entend continuer de l’expliquer aux citoyens, précisant que ces ajustements ont été faits à la grandeur du Québec et qu’il faut regarder la globalité de ces augmentations. « Je vais vivre avec notre décision. »

Réussites

Et lorsque viendra le temps de faire le bilan de son premier mandat à la mairie, Josée Néron dira aux citoyens que les travaux à l’aéroport de Bagotville ont été réalisés, que le Palace est rouvert, que l’on a respecté la promesse de faire 40 kilomètres par année d’asphaltage et d’avoir amélioré les infrastructures.