Les parents de Jordan, Yannick Blanchette et Kim Miranda, étaient accompagnés de leur petite Abygaël, de Mario Gagnon, de la Caserne de jouets, et d'Isabelle Meilleur, représentante de Oxysoins.

Jordan a maintenant sa chambre hyperbare

Le petit Jordan Blanchette, ce bambin de 23 mois qui a subi un traumatisme crânien sévère en février dernier pour des raisons encore obscures, aura une chambre hyperbare à sa sortie de l'hôpital. C'est la Caserne de jouets de Chicoutimi-Nord qui a fait l'annonce de ce don à la famille du petit, hospitalisé depuis trois mois. Jordan, qui est maintenant atteint de paralysie cérébrale, devrait rentrer à la maison d'ici la fin du mois de juin.
Une campagne de financement se déroulait depuis quelque temps afin que la famille puisse se procurer une chambre hyperbare, d'une valeur de 23 000$. Mais voilà qu'en conférence de presse, vendredi, la famille du garçon a appris la grande nouvelle. Initialement, la conférence de presse avait été organisée pour présenter les bienfaits de la chambre hyperbare qui pourrait aider l'enfant dans sa réhabilitation.
«  Je vous annonce que cette chambre hyperbare va demeurer ici et qu'elle sera prête pour Jordan à son retour à la maison. Si un jour Jordan n'en a plus besoin, elle va servir pour d'autres sur le principe de ''donnez au suivant'' », a déclaré le cofondateur et président de la Caserne de jouets, Mario Gagnon.
Les parents du bambin, Kim Maranda et Yannick Blanchette, étaient évidemment très touchés par la nouvelle.
«Nous sommes très très heureux. C'est un beau cadeau et ça nous fait chaud au coeur de voir tout le support que l'on a depuis le début, et ce, par des gens qui ne nous connaissent pas et qui ne connaissent pas Jordan non plus», ont fait valoir les parents, qui étaient accompagnés de la petite soeur de Jordan, Abygaël, âgée de six mois.
La thérapie hyperbare consiste à placer un individu dans un caisson hermétique dans lequel la pression de l'air est augmentée par le biais d'un compresseur. Il est aussi possible d'augmenter la concentration en oxygène lors du traitement qui passe ainsi de 21% à environ 30%. L'augmentation de la pression permet de «forcer» l'oxygène à pénétrer dans les liquides corporels tels que le plasma sanguin, le liquide lymphatique et le liquide céphalorachidien. Le traitement permet donc d'oxygéner des parties du corps qui ne reçoivent pas d'oxygène par le simple processus de la respiration.
Enquête toujours en cours
Pour une raison que les policiers cherchent toujours à élucider, l'enfant est souffrant depuis trois mois. Il aurait été récupéré dans cet état à sa garderie en février dernier. Selon son père, on ignore quelles séquelles il gardera.
Un rapport médical est attendu pour orienter l'enquête des policiers. La garderie a déjà fait l'objet d'une perquisition, mais aucune accusation n'a été déposée.