Samuel Taillon, directeur artistique chez Totema Studio, et Émile Fortin, programmeur chez Snowcone Games, présentaient leurs derniers prototypes et jeux dans le cadre du Saggeek, en fin de semaine. Le jeune studio indépendant Snowcone Games, fondé en mai, planche déjà sur son premier projet d’envergure.

Jeux vidéo: un deuxième studio indépendant à Saguenay

Un deuxième studio indépendant de jeux vidéo voit le jour à Saguenay. La jeune entreprise Snowcone Games, installée depuis mai dans les locaux de l’Université du Québec à Chicoutimi, espère lancer son premier jeu en 2020.

Snowcone Games est formée d’une petite équipe de quatre personnes, soit trois programmeurs et un artiste, qui font tous également de la conception. La jeune équipe avait à l’origine vu le jour entre les murs de l’UQAC afin de participer à des compétitions de conception de jeux vidéo.

Au printemps, les finissants en conception de jeux vidéo ont décidé de lancer leur propre studio indépendant. Depuis mai, ils occupent des locaux à l’université, grâce au support du Centre d’entrepreneuriat et d’essaimage de l’établissement.

Les jeunes entrepreneurs ont profité de la troisième édition de la convention Saggeek, qui avait lieu en fin de semaine à l’hôtel Le Montagnais, à Chicoutimi, afin de présenter quelques prototypes de jeux vidéo. Ils pouvaient alors voir en direct la réaction des joueurs et l’accueil donné à leurs produits.

«Les projets qu’on fait essayer en fin de semaine, ce n’est pas nécessairement ceux qu’on veut continuer à long terme, c’est plus pour montrer le style de jeux qu’on aime créer», a précisé le programmeur Émile Fortin.

Depuis la fin de la session d’hiver, les quatre partenaires planchent toutefois sur leur premier projet d’ampleur, soit la préproduction d’un jeu vidéo, qu’ils espèrent lancer en 2020.

«C’est un jeu vidéo de type ‘‘roguelike’’, ce qui veut dire que c’est un jeu où le joueur recommence au début lorsqu’il meurt. C’est un jeu qui peut paraître répétitif, mais, justement, ça nous permet d’utiliser notre seul artiste et de faire moins de grandes quantités d’objets à dessiner, a expliqué Émile Fortin. Par contre, il y a une grande complexité au niveau des mécaniques de jeu.»

Ce type de jeu connaît de bonnes ventes et fait partie des tendances du moment, ce qui encourage son studio à aller en ce sens, a-t-il ajouté. La jeune équipe vise une sortie sur ordinateur et peut-être sur console. Elle espère éventuellement pouvoir travailler avec un éditeur afin de permettre une large mise en marché de son produit.

Partenaires et non compétiteurs
Samuel Taillon, directeur artistique chez Totema Studio, premier studio indépendant lancé à Saguenay, fondé il y a maintenant cinq ans, était aux côtés d’Émile Fortin, dimanche. Les deux passionnés de jeux vidéo se voient en fait comme des partenaires, plutôt que comme des compétiteurs. La complicité est palpable entre les deux jeunes hommes, les équipes des deux studios partageant activités sociales et conseils d’affaires.

«La tarte est tellement énorme au niveau du jeu vidéo, qu’on ne peut pas penser qu’on serait en compétition, surtout qu’on fait des jeux assez différents», a souligné Samuel Taillon, qui se réjouit de l’arrivée de Snowcone Games.