Jean Tremblay

Jean Tremblay s'est senti trahi

Jean Tremblay estime que l'ancien conseiller municipal Fabien Hovington a commis une erreur et n'a pas agi correctement en effectuant des voyages personnels aux frais des contribuables.
Le maire de Saguenay a accepté de faire le point sur le dossier des voyages en Europe de l'ancien conseiller municipal, en congé de maladie depuis hier, et de l'ex-directeur adjoint à son cabinet, Pierre Guillot, qui a remis sa démission lundi.
Les deux hommes se sont rendus, en septembre 2012, sur la Côte d'Azur pour des vacances personnelles après un séjour en Norvège pour le Festival forestier de Shipshaw. Ils l'auraient fait aux frais de Promotion Saguenay, accompagnés du président et de la directrice générale du festival, Yvon Barrette et Isabelle Bélanger. «Ce fut une erreur de Fabien. Ce n'est pas correct ce qu'il a fait. Même s'il a commis une erreur, il ne faudrait pas le détruire à tout jamais», commente le maire.
«S'il y a un organisme en qui j'avais confiance, c'était le Festival forestier de Shipshaw, surtout que l'une des personnes était proche de moi. Fabien a viré Shipshaw de bord et je le citais même comme un modèle de conseiller municipal. Ça m'a fait de la peine. Je me suis senti trahi», poursuit-il.
Pour le moment, Jean Tremblay n'a pas l'intention de s'ingérer dans la gestion de la Zone portuaire, un organisme dirigé par Fabien Hovington, et ne demandera pas la démission ou le congédiement du directeur général. «Fabien Hovington n'est pas mon employé. J'ai donné mon opinion lors de son embauche, mais ce n'est pas à moi d'intervenir. Il y a un conseil d'administration en place et c'est aux membres de prendre les décisions.»
«Pour Pierre Guillot, j'ai accepté sa démission. Il a pensé qu'il ne pouvait continuer à travailler avec moi», ajoute le maire qui ne sait pas si M. Guillot remboursera le voyage. Il confirme toutefois que son ancien employé perd sa prime de départ et n'a pas droit à l'assurance-chômage en démissionnant.
Signal
À la suite de toutes les allégations dévoilées depuis une semaine, Jean Tremblay souhaite que les responsables des quelque 250 organismes municipaux aient bien saisi le message et qu'ils mènent leurs finances de la bonne façon. «Il faut donner un signal que ça ne peut plus se produire. J'ai l'impression que ceux qui voyagent pour les organismes vont marcher les fesses plus serrées», lance le maire Tremblay.
«Je comprends les citoyens d'être choqués. Ce n'est pas plaisant de payer des taxes et des impôts pour que des gens fassent des voyages sur le bras des contribuables», indique-t-il.
Jean Tremblay s'élève aussi contre ceux qui disent que le mandat de quatre ans commence du mauvais pied pour l'administration du maire.
Il rappelle que l'arrivée du centre d'appels Nordia aura un impact sur l'emploi et l'économie de la ville, estime que la gestion de la crise du pont Dubuc a été parfaite, de même que le dossier du déneigement, alors que les problèmes ont disparu à la Sécurité publique de Saguenay.