Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a tenu des propos indignes de sa fonction de premier citoyen d'une des plus grandes villes du Québec, la semaine dernière, à l'occasion de la conférence portant sur son livre «Croire ça change tout» qu'il a livrée à Salaberry-de-Valleyfield.

Jean Tremblay plus convaincu que jamais

Le maire de Saguenay revient plus convaincu que jamais du potentiel de développement de l'aéroport de Bagotville et ses environs depuis sa participation au Salon de l'aéronautique de Farnborough, en Angleterre.
En tant que membre de la mission économique canadienne, Jean Tremblay dresse un bilan positif de ce rendez-vous incontournable de l'aéronautique qui lui a permis de faire valoir les atouts de Saguenay auprès de différentes instances politiques et entreprises. «J'ai constaté que l'industrie aéronautique va prendre de l'ampleur plus que tout autres industries. Ils disent que ça va connaître une croissance 5% par année, que ce secteur ne connaît pas la crise», a-t-il indiqué en entrevue téléphonique. «Le développement de Bagotville a énormément de potentiel, mais on a comme un complexe parce qu'on est loin», a-t-il constaté.
Bien sûr, Saguenay ne sera jamais en mesure de concurrencer des joueurs majeurs comme Montréal et Québec, mais elle peut offrir certaines opportunités intéressantes. «Dorval n'a plus de place, mais nous, on en a. Quand il veulent faire des vols d'essai, c'est compliqué en raison du trafic aérien. Chez nous, ils peuvent s'amuser. Il y a de l'espace», argue celui qui a aussi plaidé la cause de Saguenay auprès des autorités de Bombardier.
Parmi les autres atouts qu'il a fait valoir, il y a la présence d'un aéroport militaire à proximité et la disponibilité d'une main-d'oeuvre qualifiée.
«Nous avons investi beaucoup à Bagotville et il faut que ça rapporte. Ils nous ont dit que le fait d'avoir pris le contrôle de nos services (lavage des avions, plein d'essence, bagages, etc.) était une bonne décision.» De plus, la vente imminente d'un terrain dans ce secteur ajoute à son optimisme. «Ce n'est pas vraiment gros, mais il reste que ça va se multiplier. Et on va faire le taxiway. C'est comme un parc industriel dans le domaine aéronautique», avance-t-il.
Visibilité et contacts
En plus d'offrir une excellente visibilité à Saguenay, le Salon de l'aéronautique a été l'occasion d'établir des contacts directs avec les gens du milieu et les fonctionnaires au dossier. "Ça faisait du bien d'être là et de rencontrer les fonctionnaires sur place pour qu'ils sachent que nous sommes là et leur dire voici ce qu'on a chez nous, ce qu'on vient d'investir, et leur rappeler que nous sommes prêts à recevoir des industries. Eux sont à Montréal et à Québec et ils ne pensent qu'à ces grands centres. On dirait qu'ils ne nous connaissent pas», explique le maire Tremblay, qui estime qu'il devrait se prêter à cet exercice plus souvent.
Il a aussi tenu à saluer le travail du ministre fédéral et député de Roberval, Denis Lebel, et du ministre provincial Jacques Daoust, qui étaient à la tête de cette délégation de près de 350 personnes.
D'ailleurs, le maire Tremblay a profité de leur accessibilité pour leur rappeler l'importance d'un service des douanes à Bagotville. A-t-il senti une ouverture? «C'est un dossier qui va être long, mais que je pense qu'on va finir par l'avoir. C'est un peu comme le parc des Laurentides», rétorque-t-il.
Jstpierre@lequotidien.com