Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, ne craint pas la mort. Si l'agonie lui fait peur, son désir de rencontrer Dieu et de voir enfin ce qu'il y a de l'autre côté n'a pas de limite.

Jean Tremblay a hâte d'aller au paradis

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, ne craint pas la mort. Si l'agonie lui fait peur, son désir de rencontrer Dieu et de voir enfin ce qu'il y a de l'autre côté n'a pas de limite.
«Lorsque j'aurai accompli ce que j'ai à accomplir sur Terre, je vais demander à Dieu de venir me chercher», affirme le premier magistrat. D'ailleurs, lorsque la journaliste du Progrès-Dimanche lui a demandé s'il avait hâte de mourir, sa réponse est venue immédiatement, sans temps de réflexion. "Oui", dit-il, le plus sérieusement du monde. «J'ai peur de souffrir, mais c'est tout», ajoute l'auteur de Croire ça change tout.
Après s'être battu sur la place publique et devant les tribunaux pour pouvoir réciter la prière à l'hôtel de ville, il n'y plus aucun doute. Jean Tremblay est croyant jusqu'au bout des doigts. Et la publication de cet ouvrage ne vient que renforcer sa position.
Il avait d'ailleurs affirmé, durant le procès sur la prière, pouvoir dire à Dieu qu'il s'était battu pour lui lorsqu'il arriverait au ciel. Cette déclaration n'était pas une blague. Lorsqu'on discute de religion avec le maire, il ne parle pas de suppositions, mais de certitudes.
Cette croyance n'est pas née avec le temps, mais a toujours fait partie de lui. «Je crois en Dieu depuis que je suis tout petit. J'ai toujours su qu'il m'aimait. Je ne sais pas pourquoi. Pourtant, ma famille n'était pas la plus pratiquante. Malgré tout, je ne tanne personne avec ça dans mon entourage. S'il n'y avait pas eu l'histoire de la prière, probablement que personne n'aurait su à quel point je suis croyant. Et je n'essaierai jamais de convertir qui que ce soit», explique-t-il.
L'écriture de Croire ça change tout lui aura pris deux ans. En parcourant les pages du livre, on constate que les athées font souvent l'objet de réflexions de l'auteur.
«Une vie sans la foi est une vie gaspillée. Les athées savent qu'il leur manque quelque chose, mais ils refusent d'admettre que c'est Dieu», écrit Jean Tremblay. Questionné à ce sujet, le maire estime que plusieurs athées sont «aigris et critiqueux». «Je parle surtout des athées militants, qui chialent à la minute où ils voient une croix. Mais, bien honnêtement, je pense que rares sont les personnes qui ne croient en absolument rien. Et si nous vivons notre vie en croyant être réincarnés en une plante après notre mort, ce serait un peu déprimant et ridicule», souligne celui qui ne se dit pourtant pas fermer aux autres religions.
Mais que ferait-il si un conseiller musulman demandait à effectuer sa prière avant ou pendant une séance du conseil? «Je n'aurai aucun problème avec ça. Croire, c'est d'abord être libre», souligne le maire de Saguenay.
Jean Tremblay dans les ordres?
Jean Tremblay a-t-il déjà eu l'ambition de devenir prêtre? «C'est drôle, un homme d'église m'a déjà posé cette question. Je lui ai répondu que s'il me posait cette question, c'est parce qu'il n'avait pas vu ma femme! Sérieusement, je n'aurais pas été capable de renoncer au mariage et à avoir des enfants», confie celui qui compte bien publier un autre livre dans un avenir plus ou moins lointain.
Rappelons qu'en 2007, Jean Tremblay avait rendu disponible sur le web son mémoire déposé à la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables. Après avoir été un succès en téléchargements, Jean Tremblay avait été approché par les Éditions Anne Sigier qui avaient publié 3000 copies physiques.
Prainville@lequotidien.com
Autre texte en page 6 >
* Les pires erreurs historiques sont celles qui sont fondées sur des théories que propose le rejet de Dieu. L'exemple le plus récent est celui du communisme qui a fait subir au monde un tort considérable.
* Autant il est fascinant pour ceux qui croient de réaliser qu'ils sont nés pour collaborer à l'oeuvre de Dieu, autant il est déprimant pour les athées de n'avoir aucun point d'ancrage et d'imaginer qu'ils sont nés pour rien.
* Ce n'est pas parce que l'Église est supportée par Dieu qu'elle est parfaite. Certains de ses membres ont commis des fautes dont l'importance n'est pas négligeable.
* Nous préparons actuellement nos bagages pour le ciel.
* Être heureux, c'est ressentir une joie intérieure qui ne vient pas de nous.
* Avec les médias, nous n'avons plus besoin de Dieu, puisqu'ils nous font croire que ce sont eux qui détiennent la vérité.