Flanqué de quelques membres du Parti des citoyens, Jean-Pierre Blackburn a annoncé sa volonté de modifier la réglementation en matière d'urbanisme.

Jean-Pierre Blackburn veut revoir le plan d'urbanisme

Puisqu'il la juge trop complexe, Jean-Pierre Blackburn entend modifier la réglementation en matière d'urbanisme à Saguenay. Il s'agit de la troisième annonce officielle du candidat à la mairie.
Entouré de quelques membres du Parti des citoyens (PCS), M. Blackburn a annoncé les grandes lignes de son projet à l'Auberge des 21 de La Baie, jeudi matin. Il vise une révision complète du schéma d'aménagement et du plan d'urbanisme. Il promet de le faire dans les six mois suivant son élection, au lendemain du 5 novembre.
L'actuel processus, qui comprend le schéma d'aménagement, le plan d'urbanisme et la réglementation, a été adopté en 2012. La loi stipule qu'il doit être revu après cinq ans, ce qui coïncide avec cette année, marquée par la campagne électorale à Saguenay. 
Sept aspects seront analysés : l'éventail des plaintes, les refus de délivrance de permis, les délais, les processus décisionnels, la paperasserie, les coûts et l'ensemble des obstacles rencontrés par les demandeurs, qu'ils soient privés ou corporatifs.
« Ce que je constate, c'est qu'aucun candidat n'a soulevé cette problématique, a mis en contexte Jean-Pierre Blackburn. On dirait que personne n'entend les plaintes de la population et personne ne constate que tout ça crée des difficultés à nos investisseurs. »
Le chef du PCS a mis en valeur des chiffres compilés au cours de la dernière année. En 2016, plus de 620 demandes d'amendement ont été enregistrées à Saguenay. Depuis sa création en 2012, le plan d'urbanisme a été amendé 126 fois. Saguenay a reçu une note de 3 sur 40 pour son cadre réglementaire, résultat donné par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.
Jean-Pierre Blackburn a partagé un exemple simple, en citant un citoyen qui veut faire une demande de permis dans le but de changer ses fenêtres. Les demandes se font actuellement par Internet, mais aucune note n'est affichée pour rediriger ceux et celles qui sont moins à l'aise avec la technologie.
« Lorsque quelqu'un vient à l'hôtel de ville, je veux qu'on l'accompagne dans sa demande de permis, pour faire en sorte de générer de l'investissement et de rendre le système moins compliqué, a annoncé M. Blackburn. Actuellement, il y a tellement de précisions dans le règlement d'urbanisation que ça fait un système complexe et difficile. »
L'ancien député conservateur a répété à plusieurs reprises qu'il ne voulait plus voir des investisseurs être freinés par l'actuelle réglementation. « Je ne veux plus entendre ''la loi ne le permet pas'', a lancé Jean-Pierre Blackburn. Il y a le schéma d'aménagement, le plan d'urbanisme et la réglementation. Si on a plein de détails pointus dans le plan d'urbanisme, on ne s'en sort plus. Il faut être en mesure d'accueillir des projets et d'être en mode solution. Essayons d'accompagner nos promoteurs et tous ceux qui veulent réaliser des projets dans notre ville. »