Le candidat à la mairie Jean-Pierre Blackburn a rencontré les médias devant l'ancien Wal-Mart, à Jonquière.

Jean-Pierre Blackburn tend la main à Smart Centers

Le candidat à la mairie de Saguenay Jean-Pierre Blackburn veut «tendre la main» aux propriétaires du bâtiment de l'ancien Wal-Mart de Jonquière, Smart Centers, afin de redonner un essor économique au secteur.
Celui qui en était à son premier engagement comme candidat indépendant, depuis sa démission comme chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS) la semaine dernière, a donné rendez-vous aux médias dimanche après-midi devant la bâtisse aux couleurs «tristes et grises». Le commerce a fermé en avril 2005 lorsque les employés ont tenté de former un syndicat.
«Ça fait 147 mois qu'il ne se passe rien ici. 12 ans. [...] Ça ne peut pas durer 100 ans comme ça, a déclaré M. Blackburn, à la fois déçu du passé et confiant en l'avenir. Actuellement, cet immeuble ne rapporte pas les taxes attendues et ne crée pas d'emplois. Au départ, on pensait pourtant que le secteur pourrait devenir une sorte de quartier Dix-30 à Jonquière, sur le bord de l'autoroute.»
Le politicien entend contacter les responsables dès le lendemain des élections le 5 novembre prochain, si la population lui fait confiance. Il croit que plusieurs opportunités d'affaires s'offrent au lieu, mais il n'en nomme pas précisément. «Tout d'abord, il faut voir ce que Smarts Centers veut faire.»
L'aspirant maire n'est pas le premier depuis une décennie à tenter de réconcilier les propriétaires avec Saguenay. Certains auraient bien aimé voir s'implanter un magasin Simons dans la bâtisse. En février 2016, le conseiller municipal Carl Dufour avait notamment parlé de rendre la zone industrielle ou semi-industrielle, et d'y attirer les commerces de proximité.
Jean-Pierre Blackburn voit l'ancien Wal-Mart comme le symbole «d'un échec et de l'amertume», mais il estime que la renaissance du bâtiment pourrait marquer le nouveau visage commercial qu'il prévoit pour l'arrondissement de Jonquière. Promotion Saguenay y jouerait un rôle de premier plan pour mettre en oeuvre le processus de démarchage et déposer devant le prochain conseil municipal des propositions d'affaires «tangibles et réalisables». Cette vocation de l'organisme paramunicipal tiendra aussi pour les arrondissements de La Baie et Chicoutimi, et pas seulement pour la grande industrie.
Plus de détails dans Le Quotidien lundi matin.