Jean-Marie Claveau

Jean-Marie Claveau se montre confiant

Le député de Dubuc à l'Assemblée nationale, Jean-Marie Claveau, ne craint nullement son adversaire libéral, l'ancien ministre Serge Simard.
Avouant ne pas avoir fait parler de lui beaucoup au cours des 18 derniers mois, le candidat péquiste affirme s'être plutôt attardé à rencontrer ses électeurs sur le terrain.
« Pour moi, il était important d'être près des gens, de rencontrer mon monde à travers le comté, d'accompagner les organismes dans leurs demandes, mentionne M. Claveau. Chaque mois, je me fais un devoir de faire le tour de chacune des municipalités de la circonscription. Et le territoire est grand. J'ai toujours été un homme de terrain et je vais continuer de l'être », indique le député sortant.
En fait, le comté Dubuc englobe tout le secteur du Bas-Saguenay, ainsi que les localités au nord de la rivière, soit Saint-Honoré, Saint-David de Falardeau, Saint-Fulgence, Saint-Ambroise et quelques autres.
Jean-Marie Claveau ajoute aussi que son arrivée comme député de Dubuc n'a pas été facilitée par son adversaire défait Serge Simard.
« J'ai dû partir à zéro en prenant le comté. Je n'avais aucun dossier. Rien, absolument rien. Je devais donc récolter toute l'information pour poursuivre les dossiers en cours. »
« Quant à savoir si je crains Serge Simard, pas vraiment. On parle de l'importance du projet minier. Il faut se souvenir que Serge Simard a déjà dit que la transformation, c'était l'appauvrissement de la population. Les gens ne sont pas fous. Je les vois sur le terrain et ils voient ce que je fais. J'accompagne et je supporte nos organismes. J'ai été trois ans conseiller, 10 ans préfet et 30 ans maire. Mes preuves sont faites sur le terrain », conclut M. Claveau.