Accusé initialement de tentative de meurtre, Jean Leclerc a vu l’accusation être réduite étant donné qu’il aurait été difficile de démontrer la véritable intention de tuer.
Accusé initialement de tentative de meurtre, Jean Leclerc a vu l’accusation être réduite étant donné qu’il aurait été difficile de démontrer la véritable intention de tuer.

Jean Leclerc écope de 36 mois pour avoir attaqué son voisin

Stéphane Bégin
Stéphane Bégin
Le Quotidien
Jean Leclerc, de la rue Taché à Chicoutimi, demeurera à l’ombre pour un peu moins de deux ans après avoir plaidé coupable à une accusation de voies de fait graves sur une victime de 51 ans.

La sentence totale est de 36 mois, à laquelle le tribunal a déduit 12 mois et une semaine de détention préventive.

Les événements se sont déroulés le 16 février 2017 dans l’édifice à appartements où les deux hommes résidaient. Leclerc a asséné trois coups de couteau à l’autre homme, dont un des coups a causé l’affaissement d’un poumon. Il avait raté la victime à une autre occasion avant de réussir à lui causer une lacération au dos.

Accusé initialement de tentative de meurtre, Leclerc a vu l’accusation être réduite étant donné qu’il aurait été difficile de démontrer une véritable intention de tuer. La Couronne ne pouvait démontrer clairement que l’accusé avait l’arme blanche en sa possession. Leclerc a pu prendre l’arme qui se trouvait sur une chaise ou un bureau près de lui.

La chicane a éclaté entre les deux hommes pour une histoire de musique trop forte. La victime est montée à l’appartement de Leclerc pour lui dire qu’il n’en pouvait plus. 

« La victime ne s’attendait pas à être accueillie avec un coup de couteau. Elle n’a pas compris que l’accusé ait pu avoir un couteau. Au pire, elle croyait qu’il pourrait y avoir une bagarre, un échange de coups », a résumé Me Jean-Sébastien Lebel, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Explications

Au moment où il a été reconnu coupable par le juge Michel Boudreault, Jean Leclerc a voulu expliquer ce qui s’était passé lors de la fameuse soirée du 16 février.

« Je suis désolé pour ce qui s’est passé. Lorsque tu te fais prendre à la gorge et que tu as été opéré pour le coeur quelques mois auparavant pour quatre artères bloquées, tu réagis. J’ai eu peur de faire une autre crise de coeur et il n’était pas question pour moi de mourir comme ça », a précisé Jean Leclerc.

« J’ai pris un couteau qui était près de moi. Mais en temps normal, je n’aurais jamais fait une affaire comme ça. À mon âge je n’ai pas la force de me battre », de dire l’accusé.

Leclerc possède un long passé judiciaire. Il a été condamné à 30 mois de pénitencier en 1992 pour des vols qualifiés. Il a fait deux ans moins un jour en 1997 pour diverses accusations. En 2003, Jean Leclerc, un homme de 66 ans, a écopé d’une peine de 54 mois de détention pour d’autres vols qualifiés.

« Vous devez être parmi les plus vieux à la prison et vous devez être fatigué de faire de la prison ? », a demandé le juge Boudreault. 

« J’avoue que je suis rendu pas mal au bout de mes forces. Je veux que cette sentence soit ma dernière. Vous ne me reverrez plus ici monsieur le juge. Là, c’est fini », a répondu le client de Me Pierre Gagnon.