Le nouveau chef du NPD, Jagmeet Singh, a multiplié les poignées de main lors du 5 à 7.

Jagmeet Singh en défenseur du français

Le nouveau chef du NPD, Jagmeet Singh, s’est présenté comme un défenseur de la langue française et de la culture francophone québécoise, lundi soir, devant une soixantaine de militants rassemblés à Alma pour soutenir la candidate néo-démocrate à l’élection partielle dans Lac-Saint-Jean, Gisèle Dallaire.

« Je veux vous rassurer, je veux être un allié pour vous, un allié pour défendre la langue, la culture, l’identité qui est tellement importante pour la richesse du pays », a-t-il exprimé, devant les partisans du NPD qui étaient rassemblés à l’occasion d’un 5 à 7 tenu au motel Les Cascades.

Le nouveau chef du NPD, élu le 1er octobre, avait annoncé peu après sa victoire qu’il épaulerait sa candidate dans Lac-Saint-Jean. Sa visite à Alma, qui se poursuivra sur le terrain, mardi, marque son premier arrêt au Québec, à l’extérieur de Montréal depuis qu’il a pris la tête du parti.

L’équipe néo-démocrate mise sur la candidature de Gisèle Dallaire pour conquérir une deuxième circonscription au Saguenay-Lac-Saint-Jean, elle qui avait obtenu 28,46 % des voix en 2015, terminant deuxième derrière le conservateur Denis Lebel, qui avait récolté 33,27 % des votes.

Le nouveau chef a multiplié les poignées de main lors du 5 à 7. Regardant dans les yeux ses interlocuteurs, le front parfois appuyé sur le leur, ou en leur parlant tout en ayant la main posée sur le coeur, Jagmeet Singh a pris le temps d’échanger avec de nombreux militants, en compagnie de la candidate, qui était tout sourire aux côtés de son chef.

Il a cependant refusé les demandes d’entrevue des médias, auxquels il s’adressera mardi avant-midi, lors d’une conférence de presse, qui aura lieu dans le local électoral almatois de sa candidate.

Gisèle Dallaire s’est adressée brièvement à la foule avant de laisser la place à Jagmeet Singh, qui était la vedette de la soirée. Il s’est adressé moins d’une dizaine de minutes aux militants.

Charismatique, le chef a réussi grâce à ses quelques blagues lancées au fil de son intervention à faire lever l’ambiance et à susciter des applaudissements. Jagmeet Singh s’exprime généralement bien en français. Lorsqu’il cherchait un mot, au lieu de faire la transition vers la langue de Shakespeare, il cherchait de l’aide dans la foule pour trouver le bon mot, jeu auquel les militants ont pris plaisir.

Né en Ontario, de parents d’origine indienne, Jagmeet Singh a raconté à la foule être tombé en amour avec la langue française quand il était jeune adolescent. « J’avais des parents immigrants, j’habitais dans un ville anglophone [sic], mais quand j’avais 12 ans, j’ai dit à mes parents : "Je veux apprendre le français". Et ils étaient un peu étonnés [...]. Ils ont vécu dans un pays qui ne respecte pas les langues minoritaires [...] et j’ai trouvé la même situation qui existe ici, avec les francophones et en particulier dans la nation du Québec. »

Il estime que la langue française a influencé la culture québécoise. « Il n’y a pas par hasard, que ici, au Québec, on a une nation une des plus progressistes à travers le pays. [...] Il y a une richesse de la langue, qui donne une richesse à la culture. »

Le nouveau chef a aussi parlé de l’importance qu’il accorde aux dossiers de l’inégalité salariale, des changements climatiques, de la réconciliation avec les peuples autochtones et de la réforme électorale.

L’équipe néo-démocrate mise sur la candidature de Gisèle Dallaire pour conquérir une deuxième circonscription au Saguenay-Lac-Saint-Jean.
La députée de Jonquière Karine Trudel a discuté avec son nouveau chef, Jagmeet Singh.

La visite se poursuit mardi à Alma

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, poursuit sa visite dans Lac-Saint-Jean mardi. Une conférence de presse aura lieu à 11h, au bureau de campagne de la candidate Gisèle Dallaire, situé sur l’avenue Collard, à Alma. Une heure sera ensuite consacrée au porte-à-porte, à 13h, sur la «rue principale», peut-on lire dans un avis envoyé aux médias, avant un retour dans les locaux électoraux, à 14h, pour une dégustation de tartes aux bleuets.

Lors d’un entretien avec Le Quotidien, lundi soir, en marge du 5 à 7 tenu à Alma, Gisèle Dallaire, a dit sentir sur le terrain un appui favorable de la population et estime que ses chances d’être élue sont bonnes, cette fois-ci, en l’absence de la candidature imposante que représentait Denis Lebel, lors de la dernière élection dans la circonscription.

La candidate compte discuter des enjeux de l’élection partielle avec son chef Jagmeet Singh, mardi. Ils n’avaient pu échanger que brièvement avant le 5 à 7 partisan, lundi, lorsque M. Singh s’est rendu à son domicile pour rencontrer sa famille, lors de son arrivée dans la région.

La candidate, psychologue industrielle de formation, travaille chez Récif-O2, une table de concertation des groupes de femmes dans la région. Ayant pris un congé sans solde, elle se consacre à temps plein à sa campagne électorale. Elle se fait d’ailleurs un point d’honneur de mener une campagne écoresponsable. Les émissions de gaz à effet de serre de la campagne seront calculées et compensées par la plantation d’arbres.

Né en Ontario, de parents d’origine indienne, Jagmeet Singh a raconté à la foule être tombé en amour avec la langue française quand il était jeune adolescent.