Le maire d’Alma, Marc Asselin, et le conseiller municipal Alain Fortin entourent la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, et la députée caquiste de Roberval, Nancy Guillemette. Ils ont visité, jeudi, le centre Mario-Tremblay d’Alma.

Isabelle Charest veut faire bouger le Québec

De passage au Saguenay–Lac-Saint-Jean, jeudi, la ministre provinciale déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, s’est entretenue avec des élus et des acteurs du milieu sportif, en plus de visiter des infrastructures. La médaillée olympique a profité de l’occasion pour partager sa vision de l’accessibilité aux loisirs.

Les visites effectuées à Alma et à Saguenay, qui s’inscrivent dans une tournée provinciale, ont également permis à la ministre déléguée de prendre connaissance des préoccupations et des suggestions émanant du milieu.

La ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest

« On fait le tour des régions afin de prendre le pouls des principaux acteurs du sport et des loisirs. C’est de voir les besoins, ce qui ferait en sorte que la population serait plus active, que ce soit en termes d’infrastructures, en organisation ou en partage de ressources », a-t-elle mentionné, lors de sa visite au centre Mario-Tremblay d’Alma.

La ministre est consciente que les besoins en matière d’infrastructures s’avèrent très coûteux, ce qui est au cœur de ses préoccupations. Mme Charest a d’ailleurs souligné le partage des frais de fonctionnement préconisé par la ville de Dolbeau-Mistassini et les municipalités avoisinantes. Cette façon de faire est, selon elle, ce vers quoi le gouvernement caquiste veut tendre.

Les échanges ont permis à la députée de Brome-Missisquoi de « présenter sa vision ainsi que les gestes posés par son gouvernement pour favoriser l’accessibilité aux infrastructures sportives, renforcer la sécurité de la pratique d’activités physiques et lutter contre la violence dans le sport ». La ministre exprime cela par la proximité des lieux, les heures d’ouverture flexibles et l’environnement sécuritaire et agréable.

« L’objectif, c’est d’avoir une offre diversifiée. Ce qu’on veut, c’est aller rejoindre la clientèle qui ne bouge pas. Comment on va aller la rejoindre ? Si on reproduit le même modèle partout et qu’on ne rejoint pas les goûts et les aspirations de la population, on n’atteint pas nos objectifs. Quelles sont les infrastructures qu’on devrait déployer pour rejoindre tout le monde ? », a-t-elle questionné en conclusion.