IRM: l’absentéisme allonge les listes d’attente

La demande en résonance magnétique est importante au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les hôpitaux régionaux offrent des IRM (imagerie par résonance magnétique) en dehors des heures conventionnelles afin de réduire les listes d’attente. Mais voilà qu’avec la belle saison, les usagers sont plus nombreux à ne pas se présenter à leur rendez-vous, et ce, malgré un appel de confirmation 48 heures avant.

Au cours des deux derniers mois, 121 personnes qui avaient rendez-vous pour une IRM ont omis de se présenter à l’heure convenue dans les hôpitaux de Chicoutimi et d’Alma.

«C’est une situation qui existe à tout moment de l’année, mais elle augmente habituellement en période estivale, malgré le fait que les usagers se font appeler dans les 48 heures précédant leur rendez-vous pour confirmation», confirme Amélie Gourde, agente d’information au CIUSSS.

À Chicoutimi, 12 personnes ne se sont pas présentées à leur rendez-vous sans avertir en mai. En juin, 22 autres ont fait de même. La plage horaire qui leur avait été réservée était de jour ou de soir, de semaine ou de fin de semaine.

À Alma, 35 personnes ont négligé de se présenter à leur rendez-vous en mai et 51 l’ont fait en juin. Ces dernières avaient pour la plupart une plage horaire réservée en soirée.

«Cela a un impact sur les listes d’attente puisqu’il est quasi impossible de prévoir un rendez-vous pour quelqu’un d’autre lorsqu’il y a une absence non prévue. Par contre, si la personne avertit lors de l’appel de confirmation, il est souvent possible d’offrir le rendez-vous à un autre usager, malgré le court délai. »

Le système donne trois chances aux usagers avant d’intervenir.

«Un usager en attente d’une IRM (ou de tout autre examen en imagerie médicale) peut refuser une plage horaire ou ne pas se présenter trois fois avant que sa requête soit retournée à son médecin de famille pour réévaluation, selon la circulaire ministérielle en vigueur. L’usager reçoit également une lettre», explique Amélie Gourde.

L’implantation d’un deuxième appareil d’imagerie par résonance magnétique à l’hôpital de Chicoutimi, un troisième pour la région, est attendue. L’ajout de l’appareil a été annoncé par la ministre Laforest en septembre 2019. La mise en place de l’appareil nécessite un investissement de 5M$. Celui-ci devrait être en fonction d’ici un peu plus d’un an.

Actuellement, les deux appareils utilisés sur le territoire régional permettent de traiter 18 000 requêtes par année, un nombre de loin supérieur aux 6000 examens annuels recommandés pour chaque appareil, mais insuffisant pour répondre à la demande.