Quelque 500 personnes se sont rassemblées devant les bureaux du premier ministre Philippe Couillard à Saint-Félicien samedi afin de lui acheminer six boîtes de cartes postales signées par des personnes qui revendiquent un réinvestissement dans les services de garde.

Investissements dans les services de garde: 500 manifestants au bureau du PM

Quelque 500 personnes se sont rassemblées devant les bureaux du premier ministre Philippe Couillard samedi à Saint-Félicien afin de lui acheminer des milliers de cartes postales signées en faveur d'un réinvestissement massif dans les services de garde.
Six boîtes remplies de cartes postales ont été remises à un huissier qui les acheminera au bureau du premier ministre.
Organisée par la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la manifestation a réuni des parents, ainsi que des travailleurs et travailleuses des services de garde en centres de la petite enfance, en milieu familial régi et en milieu scolaire.
«Les manifestants provenaient de partout au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais aussi de la Côte-Nord, de Sept-Îles et de la Gaspésie», souligne Engelbert Cottenoir, président régional du Conseil central de la CSN.
Le groupe a marché du Carrefour Saint-Félicien jusqu'aux bureaux du premier ministre où six boîtes remplies de cartes postales ont été déposées. «Elles ont été remises à un huissier qui les acheminera au bureau du premier ministre», explique Engelbert Cottenoir.
«Environ 80 000 cartes postales ont été signées à travers la province depuis février dernier. Du nombre, environ 20 000 ont été récoltées au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les gens signent d'emblée. Ils sont préoccupés par ce qui se passe dans les services de garde et par l'impact des mesures d'austérité sur les jeunes. On a recueilli les signatures lors d'événements et de festivals.»
Un premier dépôt de 25 000 cartes a été fait à l'Assemblée nationale le 15 mars dernier.
Samedi, une manifestation similaire se déroulait en même temps devant le bureau de Philippe Couillard à Montréal.
«On a envahi les deux bureaux du premier ministre de cartes postales», signale Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN, qui se dit très satisfaite de la participation régionale. «La population est très intéressée et connaît l'importance des services de garde. Il faut que le gouvernement arrête de couper dans ce joyau et réinvestisse. Ça va faire, il faut investir dans nos tout-petits.»
Engelbert Cottenoir abonde dans le même sens. «Le gouvernement encourage l'éclosion de garderies privées qui n'ont pas les mêmes obligations en terme de programme éducatif. On est pris avec un gouvernement pour qui ce qui est important, c'est sa colonne de chiffres.»