Alain Desormiers, fondateur de l’agence média Touché!, compte remplir la mission de l’agence avec les clients tout en supportant les médias locaux
Alain Desormiers, fondateur de l’agence média Touché!, compte remplir la mission de l’agence avec les clients tout en supportant les médias locaux

Investir dans les médias d’ici est payant, selon Via Rail

Anne-Marie Gravel
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien
Via Rail Canada et l’agence de planification média Touché ! ont démontré qu’une campagne publicitaire dans les médias d’ici peut être efficace en plus de soutenir les salles de presse locales.

Au cours de l’été et de l’automne, 80 % du budget de 1 M $ réservé à la campagne La voie qu’on aime de Via Rail a été investi dans les médias du Québec et du Canada. L’an dernier, 55 % du budget y avait été consacré.

« C’est un changement important et ç’a généré une meilleure performance d’affaires que l’année précédente où la campagne portait sur le même thème », affirme Alain Desormiers, fondateur de l’agence Touché !

Le volume de transactions de Via Rail a augmenté de 6,5 %, le nombre de passagers de 6,0 % et les revenus totaux de 5,5 %.

L’agence média Touché ! , qui avait la volonté de mieux supporter l’industrie des médias depuis deux ans, a ainsi pu prouver que les campagnes publicitaires dans les médias d’ici sont efficaces.

« En tant qu’agence média, nous avons décidé d’agir en remettant en question nos paradigmes et nos façons de faire et en investissant dans une compréhension plus poussée des effets d’une stratégie d’investissement média responsable. On pense qu’il est possible de remplir notre mission avec nos clients tout en supportant les médias d’ici. On souhaitait leur allouer une portion équitable de notre budget médias. »

Touché ! a d’abord senti une certaine réticence chez les clients qui affirmaient que la mission consistait à générer des ventes. « On trouvait qu’il nous manquait un exemple pour prouver que c’est aussi efficace au niveau des résultats d’affaires. »

C’est à ce moment que Via Rail est arrivée dans le portrait.

« On a pris la campagne de Via Rail, un client qui se sentait interpellé par le sujet. C’était une campagne où on pouvait faire un changement important et comparer les résultats avec l’année précédente. Ça nous permettait de déceler si on obtenait de meilleurs résultats, explique Alain Desormiers. La campagne de Via Rail était essentiellement numérique puisque Via Rail vend essentiellement par le net », précise-t-il, soulignant que les sites Web de différents médias ont été utilisés.

Ce test consistait essentiellement à mesurer la performance d’une campagne publicitaire selon le dosage numérique dirigé vers les médias d’ici, en termes de résultats d’affaires (vente de billets de train) et de performance média (portée, fréquence optimale, CPVM, etc.).

« Facebook et Google sont efficaces, ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas les utiliser, c’est plus dans le dosage qu’il faut agir, en mettant plus d’argent dans les médias d’ici. La situation des médias est préoccupante. Plusieurs intervenants ont un rôle à jouer afin de corriger le tir et protéger la pérennité des médias d’ici. La solution ne passe pas juste par le gouvernement avec des crédits d’impôt. C’est un cocktail de solutions qui doit être envisagé par les médias eux-mêmes, mais aussi par les annonceurs », estime Alain Desormiers.

L’agence Touché ! est convaincue que les résultats obtenus favoriseront la discussion avec d’autres clients.

« Ça nous aide à être plus solides pour vendre des recommandations à nos clients. On n’a pas inventé de recette. On pourra juste élever la discussion sur un enjeu de société et considérer cet enjeu-là. Il est possible d’avoir des résultats d’affaires tout en ayant en tête une stratégie pour les médias locaux. »

Selon les données rapportées par Touché ! , actuellement au Canada plus de la moitié (54 %) des investissements médias sont dirigés vers les médias numériques.

De ce nombre, 72 % des dollars médias canadiens vont vers des plateformes globales contre 26 % vers les médias d’ici.