Deux pancartes comme celle-ci ont été installées sur le chemin sur le Lac, il y a environ deux semaines, par la municipalité de Saint-Henri-de-Taillon. ­

Interdiction aux vélos: Saint-Henri-de-Taillon attend une expertise

Moins de deux semaines après l’apparition d’un affichage interdisant l’accès aux vélos sur un tronçon de la Véloroute des Bleuets, la municipalité de Saint-Henri-de-Taillon ne prévoit pas revenir sur sa décision avant que Vélo Québec fournisse une expertise assurant la sécurité des cyclistes.

Le maire de Saint-Henri-de-Taillon et préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis, a expliqué mardi que la décision d’installer deux pancartes « Interdit au vélo » (sic) sur le chemin sur le Lac n’a pas été prise de gaieté de cœur. L’assurance de la municipalité, la Mutuelle des municipalités du Québec (MMQ), a encouragé cette opération, liée à une dégradation avancée du bitume.

« Il n’y a aucune ambiguïté pour nous, a assuré André Paradis. On a les papiers de notre assurance qui nous recommande fortement d’installer une pancarte annonçant l’interdiction aux vélos pour ce tronçon. On a d’ailleurs reçu une autre confirmation jeudi dernier qui disait que tant et aussi longtemps qu’on n’a pas d’expertise déposée par Vélo Québec sur l’état de la chaussée, nos assureurs nous recommandent de fermer le tronçon aux vélos. »

La situation rapportée il y a deux semaines a soulevé des interrogations et une certaine incompréhension puisque le chemin sur le Lac est le seul accès de la Véloroute des Bleuets reliant la municipalité et le Parc national de la Pointe-Taillon. Les deux acteurs du dossier ont regardé pour offrir un tracé alternatif, mais il a été refusé par le ministère des Transports.

Tout en convenant que c’était plutôt particulier de voir l’accès aux vélos être refusé sur le parcours officiel de la Véloroute des Bleuets, André Paradis a assuré avoir une bonne relation avec l’organisme qui gère le circuit cyclable de 256 kilomètres autour du lac Saint-Jean.

« C’est une protection pour la municipalité et c’est ce que j’ai expliqué lors du conseil de ville lundi soir, a mentionné le maire. C’est sûr que les citoyens se posaient beaucoup de questions, mais par contre, c’est clair et net qu’il faut protéger les intérêts de la municipalité. »

Joint lundi, le président de la Véloroute des Bleuets, Michel Chiasson, n’avait pas de nouveaux détails à annoncer. Il attend les documents officiels de Vélo Québec, responsable de dresser le portrait global du réseau cyclable au Québec. M. Chiasson aimerait que tout soit réglé avant le lancement officiel de la saison estivale de la Véloroute, prévu la semaine prochaine.

« Tout ce que je souhaite, c’est que les gens comprennent bien notre position. On est des partenaires et on va se parler s’il y a lieu », a conclu le maire de Saint-Henri-de-Taillon, André Paradis.