Un bol rare de la dynastie Qinq devrait pulvériser le record de vente aux enchères pour une céramique chinoise, estime la maison Sotheby’s.

Un bol rare de la dynastie Qinq pourrait rapporter 31 millions $

HONG KONG - Un bol extrêmement rare de la dynastie Qinq, un des trois seuls connus, devrait être adjugé en avril près de 20 millions d’euros (31,27 millions $CAN), voire pulvériser le record pour une céramique chinoise, a annoncé jeudi la maison Sotheby’s.

De 14,7 centimètres de diamètre, ce délicat bol à dominante rose est décoré à l’aide de falangcai, émaux peints combinant techniques chinoise et occidentale ainsi que de fleurs, dont des jonquilles, lesquelles ne figurent pas souvent sur la porcelaine chinoise.

Les affaires des maisons de ventes aux enchères sont florissantes dans l’ancienne colonie britannique, où des acheteurs asiatiques n’hésitent pas à dépenser des fortunes. Des diamants, des sacs à main et des céramiques anciennes sont partis pour des sommes record.

Les experts de Sotheby’s Hong Kong s’attendent à ce que le bol utilisé par l’empereur Kangxi dans les années 1720 ne soit pas en reste lors de la vente du 3 avril.

«Il est certain que les plus grands collectionneurs de porcelaine chinoise seront actifs», a déclaré le vice-président du département asiatique de Sotheby’s Nicolas Chow. «Nous allons avoir un beau combat cette saison».

Nicolas Chow, de Sotheby’s Asia, exhibait un bol rare de la dynastie Qinq, un des trois seuls connus, jeudi, à Hong Kong.

Le bol fut façonné dans un atelier impérial de la Cité interdite de Pékin par une petite équipe d’artisans avec l’aide de jésuites venus d’Europe munis de leurs propres techniques et matériaux, selon la maison d’enchères.

Sotheby’s l’a estimé à un minimum de 200 millions de dollars de Hong Kong (20,9 millions d’euros).

En octobre dernier, un bol de mille ans d’âge de la dynastie Song avait été vendu pour l’équivalent de 32 millions d’euros, ce qui était un nouveau record pour une céramique chinoise.

C’était mieux qu’une coupe à vin de la dynastie Ming achetée en 2014 pour 30 millions d’euros par un magnat de Shanghaï célèbre pour ses surenchères vertigineuses.