Un habitant de Taipei a écopé d’une amende de 47 900 $ pour être allé en discothèque alors qu’il était censé être en quarantaine à domicile.

Taïwan: il s'évade de quarantaine pour aller danser, 47 900 $ d'amende

TAIPEI — La soirée aura été coûteuse pour un habitant de Taipei qui a écopé d’une amende d’un million de dollars taïwanais (47 900 $) pour être allé en discothèque alors qu’il était censé être en quarantaine à domicile, ont annoncé lundi les autorités.

Cet homme, dont l’identité n’a pas été dévoilée, était tenu de demeurer 14 jours chez lui après être rentré d’Asie du Sud-Est. Mais il a été démasqué dimanche dans une discothèque lors d’un contrôle de police de routine.

Les autorités lui ont infligé l’amende la plus élevée en dénonçant sa «malveillance».

«Les personnes surprises dans des endroits bondés et mal ventilés seront envoyées dans des centres de prévention des épidémies et écoperont d’une amende de 1 million TWD», a déclaré le maire de Nouveau Taipei, Hou Yu-ih. «Je n’aurai aucune indulgence.»

L’île a été citée en exemple de la lutte contre l’épidémie. Son gouvernement s’est montré très pro-actif pour réduire les arrivées de visiteurs étrangers et donner des consignes sanitaires qui sont très largement appliquées.

Après la Chine et Hong Kong, Taïwan avait enregistré le plus lourd bilan (84 morts) en 2003 lors de l’épidémie de Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

Et l’île s’était alors juré d’être prête pour la prochaine épidémie, en créant notamment un centre de commandement dédié aux crises sanitaires.

Ce centre a été activé pour coordonner la réponse au Covid-19 le 20 janvier, avant même que Pékin ne boucle Wuhan, ville d’où est partie la pandémie.

En dépit de sa proximité culturelle et géographique avec la Chine, l’île ne dénombre que 195 cas du nouveau coronavirus, dont deux personnes qui ont succombé.

Le nombre de contaminations a cependant nettement grimpé ces derniers jours en raison du retour de voyageurs de zones contaminées.

Taïwan interdit désormais les arrivées de non-résidents, et les personnes débarquant sur l’île doivent observer une quarantaine à domicile.

Ces dernières sont surveillées grâce au GPS de leur cellulaire. Des messages sont envoyés à ceux qui ne respectent pas leur quarantaine. Le «mouchard» est directement relié aux services de police.

L’amende d’un million de TWD peut être doublée dans le cas où le contrevenant aurait pris les transports en commun.