La police ontarienne enquête sur des «surdoses» de brownies au cannabis

Le repas communautaire d'un groupe d'aînés ontariens a pris une drôle de tournure, cette semaine, alors que plusieurs ont été malades après avoir mangé des brownies au cannabis, a indiqué la Police provinciale de l'Ontario.

L'agent Miles Loach a relaté que les personnes âgées avaient réclamé de l'aide médicale moins d'une heure après avoir mangé des brownies au chocolat offerts dans un centre communautaire de Whitestone, dans le sud-est de l'Ontario.

Au moins dix d'entre eux se sont rendus au centre médical parce qu'ils présentaient des symptômes d'intoxication à une drogue. Des tests ont été effectués et ont permis de déterminer qu'il s'agissait de cannabis.

La police dit avoir été informée vers 18 h, mardi, peu après le début du repas communautaire. Les uns après les autres, des invités ont dit avoir ressenti des symptômes allant de la sécheresse buccale à des étourdissements, en passant par de la désorientation. D'autres disaient avoir éprouvé des nausées et avoir vomi.

Devant le nombre important de cas, les policiers ont alors questionné les invités sur leurs activités de la journée, a indiqué M. Loach. Ils ont découvert rapidement un point commun.

«Nous avons rassemblé tous les gens qui étaient au repas communautaire et les seuls qui avaient ces symptômes étaient ceux qui avaient mangé des brownies au chocolat», a-t-il expliqué.

Il s'agissait de l'un des desserts servis à la rencontre, qui est un événement social pour ces personnes âgées, a ajouté M. Loach. Les policiers enquêtent pour savoir comment ces brownies avaient pu se retrouver sur le menu.

Toute personne qui aurait placé ces brownies dans le menu intentionnellement pourrait être accusée d'avoir administré une substance délétère, a rappelé le policier. Pour l'instant, la police n'en est pas encore venue à cette conclusion et toutes les options sont ouvertes, a-t-il ajouté.

Aucune des personnes âgées ne semble avoir reconnu les symptômes liés à la consommation de cannabis. Ils n'ont pas été non plus affectés par des effets à long terme.

«Dieu merci, personne n'a été blessé, a affirmé M. Loach. Parce que si quelqu'un avait été allergique, ou qu'il avait pris son véhicule et qu'il avait eu un accident et tué quelqu'un, nous serions devant une tout autre série d'accusations.»