Le 15 janvier 1919, un immense réservoir contenant près de neuf millions de litres de mélasse a soudainement cédé, envoyant une gigantesque vague visqueuse et gluante dans les rues du quartier North End de Boston.

Boston souligne le centenaire de la grande inondation de mélasse [PHOTOS]

BOSTON - La ville de Boston a souligné lundi le centième anniversaire de la catastrophe la plus inusitée de son histoire - la grande inondation de mélasse.

Le drame a débuté sans avertissement en milieu de journée le 15 janvier 1919, quand un immense réservoir contenant près de neuf millions de litres de mélasse a soudainement cédé, envoyant une gigantesque vague visqueuse et gluante dans les rues du quartier North End.

La première vague faisait près de huit mètres de haut, soit pratiquement la hauteur des poteaux des buts dans la NFL, et elle a tout balayé sur son passage, faisant 21 morts et 150 blessés. Plusieurs édifices ont été abîmés ou carrément anéantis.

Impossible d’essayer de devancer la vague, qui fonçait à 56 kilomètres/heure; en comparaison, l’homme le plus rapide de la planète, Usain Bolt, a sprinté à un peu moins de 45 kilomètres/heure pour établir son record du monde.

Le réservoir appartenait à la compagnie Purity Distilling, qui utilisait la mélasse pour produire de l’alcool avant la prohibition. La catastrophe s’est produite dans le quartier le plus ancien de la ville, un secteur prisé aussi bien des touristes que des résidants.

+

Une plaque commémorant la grande inondation de mélasse de Boston, qui a fait 21 morts et 150 blessés, le 15 janvier 1919.

Les journalistes de l’Associated Press sur le terrain ce jour-là ont rapporté que les rues ont rapidement été recouvertes par plusieurs centimètres de mélasse et que quiconque «restait sans bouger pendant une minute se retrouvait collé au sol».

La plupart des victimes étaient des employés municipaux qui mangeaient dans un édifice de la ville. Deux locataires, un pompier, un chauffeur et un forgeron ont également été tués, en plus de nombreux animaux.

«Seulement un mouvement, quelque chose qui se débattait dans la masse gluante, témoignait d’un signe de vie, a écrit le Boston Post. Les chevaux ont perdu la vie comme autant de mouches sur du papier gluant. Plus ils se débattaient, plus ils s’enfonçaient.»

Une fillette du voisinage qui tentait de récolter de la mélasse avec un seau a été emportée et tuée.

Une étude publiée en 2016 par l’université Harvard a expliqué que la mélasse, qui était encore chaude après avoir été versée dans le réservoir deux jours plus tôt, s’est rapidement refroidie et épaissie après la rupture, ce qui a considérablement compliqué le travail des secouristes.

Une juge a reconnu la compagnie coupable de négligence et l’a condamnée à verser 300 000 $ US aux familles des victimes, soit l’équivalent de 4,5 millions $ US en dollars courants.

+

Le 15 janvier 1919, un immense réservoir contenant près de neuf millions de litres de mélasse a soudainement cédé, envoyant une gigantesque vague visqueuse et gluante dans les rues du quartier North End de Boston.
La rue Commerciale, près de l’endroit où le réservoir de mélasse a cédé.
Des journalistes sur le terrain ce jour-là ont rapporté que les rues ont rapidement été recouvertes par plusieurs centimètres de mélasse et que quiconque «restait sans bouger pendant une minute se retrouvait collé au sol».
Boston a souligné lundi le centième anniversaire de la catastrophe la plus inusitée de son histoire: la grande inondation de mélasse.